Les Gilets Noirs cherchent le Premier Ministre !

URGENT / CAGNOTTE anti-répression gilets noirs

On a besoin d’argent d’ici ce soir pour assurer la défense des camarades arrêtés et enfermés arbitrairement au centre de rétention de Vincennes suite à la répression raciste au Panthéon.

A faire tourner au MAXIMUM

—————————————————–

Les Gilets Noirs cherchent le Premier Ministre !
Né en Novembre 2018, le mouvement des Gilets Noirs lutte contre le racisme et pour des papiers pour toutes et tous. Il regroupe aujourd’hui 50 foyers d’Ile-de-France et des locataires de la rue, en lutte pour leur dignité.

Vendredi 12 juillet, 700 Gilets Noirs ont occupé le Panthéon pour revendiquer leurs droits, le droit à la dignité, le droit à avoir des papiers pour ne plus être chassé.e.s quotidiennement par les flics.

Cette action s’inscrit dans la campagne victorieuse des Gilets Noirs « Gilets noirs cherchent premier ministre » lancée le 19 mai 2019 par l’occupation du terminal 2F de l’Aéroport de Roissy-Charles de Gaulle et l’occupation de la tour Elior à la Défense le 12 juin 2019. Ces deux premiers coups portés au système raciste d’exploitation des sans-papiers ont montré que les gilets noirs n’avaient plus peur.

Lire la suiteLes Gilets Noirs cherchent le Premier Ministre !

Propos sur un colloque censuré : le révélateur d’une fascisation rampante

par Said Bouamama

Devant participer à la présentation les 3 et 4 juillet dernier des résultats d’une recherche sur les « Mécaniques de extrémisme violent » au cours d’un colloque international à visée comparative, je me suis vu interdire de participation et de parole par l’institution porteuse suite aux pressions du ministère de l’intérieur. Cette recherche pluridisciplinaire à laquelle je contribue depuis son début s’est étendue sur 4 ans et était adossée à un dispositif d’accompagnement pour des jeunes considérés comme « radicalisés ». L’accompagnement et la recherche ont touchés 105 jeunes français et les conclusions de l’investigation devaient être mises en comparaison avec des expériences de Belgique, du Canadienne, du Brésil, des Etats-Unis et du Tchad. La censure qui m’a touché fait suite à une « lettre ouverte à Castaner » du Rassemblement National relayée immédiatement par le Figaro, Valeurs actuelles, Français de Souche, etc., présentant les « intitulés des tables-rondes » comme faisant « transparaître une idéologie laxiste et l’éternelle culture de l’excuse chère à l’extrême-gauche » d’une part et moi-même comme « islamo-gauchiste » d’autre part.

Lire la suitePropos sur un colloque censuré : le révélateur d’une fascisation rampante

Appel de soutien : Stop au Blackface, by any means necessary.

Nous tenons à exprimer nos profonds remerciements à tous les signataires de l’appel « Stop au Blackface, by any means necessary » en soutien à Nordine Saidi et Bruxelles Panthères.

Nous nous réjouissons que cet appel soit soutenu dans plusieurs pays dont la France, les Pays-Bas, le Canada (Québec), les Etats Unis, le Mexique… en en attendant d’autres.

La diversité des premiers signataires qui ont accepté de parrainer ce texte témoigne non seulement du fait qu’il correspond à une initiative attendue par beaucoup mais aussi que la pensé décoloniale ne cesse de progresser au sein de la société et notamment parmi les universitaires et les artistes.

Nous nous félicitons de ce large soutien  international et appelons à aller encore plus loin.

Nous sommes convaincus que nous pourrons en finir avec le folklore raciste du « Blackface » si nous nous mettons au travail pour construire des convergences au niveau européen et mondial.

Ces convergences doivent se faire sur la base des idées décoloniales et en s’appuyant sur les luttes et expériences sociales des Noirs, Arabes, Rroms, Musulmans.

Nous invitons chacun.e des signataires à multiplier les initiatives en ce sens. Nous proposerons, pour notre part, une série d’actions dans les jours à venir.

Nous vous invitons à diffuser cet appel, à le faire circuler dans vos réseaux.

Merci à vous toutes et tous. Salam wa 3aleykoum.

 

We would like to express our sincere thanks to all the signatories of the call « Stop Blackface, by any means necessary » in support of Nordine Saïdi and Bruxelles Panthères.

We are delighted that this call is backed in so diverse countries including France, the Netherlands, Canada (Quebec), the United States, Mexico … and many more.

The first signatories’ panel who agreed to sponsor this text testifies not only to the fact that such an initiative was envisioned by many but also that the decolonial thought keep gaining ground into society, especially among academics and artists.

We welcome this broad international support and call for further action and progress.

We are convinced that we will eventually put an end to the racist folklore of the « Blackface », in Belgium and everywhere else, if we get to work to build convergences at European and global level.

These convergences should be built on decolonial ideas as well as on the struggle’s history and social experiences of Blacks, Arabs, Rroms and Muslims people.

We invite each of the signatories to multiply the initiatives toward this this goal. On our side, you may expect new initiatives in the coming days.

We invite you to spread this call and to make it available in as much networks as possible.

Again, sisters and brothers, thank you all for your support. Salam wa 3aleykoum.

Bruxelles Panthères

Lire la suiteAppel de soutien : Stop au Blackface, by any means necessary.

En soutien à Saïd Bouamama

Après le boycott d’un colloque par des représentants de l’Etat pour seul motif que le sociologue Saïd Bouamama y participait, 130 personnalités communiquent leur solidarité à l’universitaire face à une «campagne de diffamation» islamophobe. Ils déplorent que le pouvoir ait «obtempéré aux injonctions de l’extrême-droite».

 

Le colloque de deux jours, organisé à Bobigny sur le thème « Mécaniques de l’extrémisme violent », a été troublé par l’absence d’un de ses organisateurs, le sociologue Saïd Bouamama, conséquence d’un veto émanant du ministère de l’intérieur. Cette intervention relaie une campagne expresse initiée par le Rassemblement national, aussitôt suivi par le FigaroVox et Valeurs Actuelles.

Lire la suiteEn soutien à Saïd Bouamama

Bruxelles : l’étude qui montre que l’origine étrangère est un frein à l’emploi

Khadija Senhadji, responsable de l’étude : « Les conclusions de ce rapport sont traversées par une nécessité : celle de mettre un terme aux mécanismes et traitements inégalitaires qui ont cours sur une base ethnique et raciale dans le secteur de l’emploi et dont on connait l’existence depuis plus de deux décennies. Seule une volonté politique forte de s’attaquer à la dimension structurelle de ces discriminations permettra la mise en œuvre de mesures réellement efficaces. »

Lire la suiteBruxelles : l’étude qui montre que l’origine étrangère est un frein à l’emploi

CECI N’EST PAS UNE INAUGURATION

Décennie des personnes d’ascendance africaine (ONU), carte blanche parue dans le Vif aujourd’hui qui dénonce un lancement de pacotille diluant la question de la négrophobie dans une idéologie anti-raciste généraliste nombriliste mainstream.

Lire la suiteCECI N’EST PAS UNE INAUGURATION

Laurent Ruquier, ou l’artifice du caméléon

Retour sur la sinistre intervention de Christine Angot, commentant le livre de son comparse Franz-Olivier Giesbert, lors de l’émission ONPC du samedi 01er juin dernier.

Voici les propos en cause : « Le but avec les juifs pendant la guerre, ça a bien été de les exterminer, de les tuer, et ça introduit une différence fondamentale, alors qu’on veut confondre avec par exemple l’esclavage et l’esclavage des Noirs envoyés aux États-Unis ou ailleurs, et où c’était exactement le contraire. C’est-à-dire l’idée c’était qu’ils soient en pleine forme, en bonne santé pour pouvoir les vendre et pour qu’ils soient commercialisables. Donc non, ce n’est pas vrai que les traumatismes sont les mêmes, que les souffrances infligées aux peuples sont les mêmes ».

J’utilise le terme « comparse » à propos de Giesbert puisque lors de cet indécent verbiage d’Angot – dont aucun participant sur le plateau ne s’est démarqué (!) – celui-là n’a manifesté aucune réserve. Que du contraire, opinant de la tête il acquiesçait sans la moindre retenue, en rajoutant une couche quant au maintien « en bonne santé » des esclaves noirs « pour qu’ils travaillent un maximum ».

Lire la suiteLaurent Ruquier, ou l’artifice du caméléon

Contre-analyse des dernières élections européennes

Daniel VanhoveDifficile pour toute analyse des élections européennes du dernier week-end de mai d’aborder les résultats sans tomber dans le travers d’une approche aux couleurs plus nationales que strictement européennes.

A suivre les médias – presse, radio, télé – tout observateur a pu s’en rendre compte. Et le plus cocasse lors de ces élections dites ‘européennes’ en est leur interprétation par les ténors politiques eux-mêmes. La plupart d’entre eux se sont poussés au-devant de la scène sur base de leur politique nationale, et au soir des résultats même s’ils ont perdu des points, comme le président Macron, ils l’évaluent comme un blanc-seing pour poursuivre leur politique pourtant décriée par les urnes.

Sans aborder le cas de chacun des pays qui constituent l’UE, je n’en prendrai que quelques-uns pour illustrer mon propos. De manière globale, si l’on constate une augmentation générale de participation des électeurs, celle-ci reste marquée par une abstention majeure – près de 50% des citoyens européens se sont abstenus – soit, un électeur sur deux, ce qui en dit long sur l’intérêt que les citoyens portent à une institution dans laquelle ils ne se reconnaissent pas. Et au vu des résultats, cela en dit long également sur la notion de « démocratie » dont je parlais dans mon précédent billet.

Lire la suiteContre-analyse des dernières élections européennes

Julian Assange a raison, c’est la liberté de la presse qui est en jeu dans son histoire

►Rendez-vous lundi 3 juin, à 17h, devant l’ambassade de Suède, 3 rue du Luxembourg à Bruxelles, à deux pas de Trône. Nous manifesterons notre refus d’une extradition de Julian Assange

« Carte blanche » publiée par le quotidien belge Le Soir le 30 mai

Des partisans de Julian Assange manifestaient jeudi 30 mai devant le tribunal de Westminster, qui devait examiner la demande d’extradition des USA. En raison de la mauvaise santé d’Assange, l’audience a été reportée à la semaine du 12 juin. Photo AFP.

Julian Assange a été arrêté par la police britannique le 11 avril 2019, à l’ambassade d’Équateur où il était réfugié depuis 7 ans, après le retrait de son asile politique par le Président Moreno, une arrestation en violation de la convention de Genève et des lois relatives à l’asile.

À la suite de son arrestation, Julian Assange a été condamné à 50 semaines d’emprisonnement pour non-respect des termes de sa liberté conditionnelle en 2012. L’ONU qui, ces dernières années, avait déjà affirmé que Julian Assange se trouvait enfermé de manière illégale et arbitraire en raison de la promesse d’arrestation des autorités britanniques, se dit aujourd’hui « profondément préoccupée » par cette décision de la justice britannique, la considérant « disproportionnée ».

Lire la suiteJulian Assange a raison, c’est la liberté de la presse qui est en jeu dans son histoire

Avant les élections dans l’UE, arrêt sur la notion de «démocratie»

A l’approche des élections européennes du 26 mai, les discours qui manieront la notion de « démocratie » risquent bien de fleurir ad nauseam sur les ondes. Or, à la suite de divers évènements ces dernières années, les citoyens de l’UE sont en droit de se demander ce que recouvre encore ce terme tant galvaudé à droite comme à gauche, qu’il en devient suspect.

A l’origine, le terme « démocratie » issu du grec demos (peuple) et kratos (pouvoir), signifie que le pouvoir est une émanation du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Cette « démocratie » athénienne n’est pas née du hasard : au fil d’âpres luttes, elle a émergé en opposition à une oligarchie qui prévalait à l’époque – déjà ! – où un petit groupe d’aristocrates menait les affaires en fonction de ses intérêts, faisant passer ceux de la population bien après les siens. Et il a fallu quelques siècles, avec tous les obstacles que l’on imagine, pour qu’elle prévale sur l’ancien mode de fonctionnement des institutions en place auxquelles s’accrochait la classe aisée.

Lire la suiteAvant les élections dans l’UE, arrêt sur la notion de «démocratie»