Mouvement étudiant de soutien aux Palestiniens

Le mouvement étudiant pour la Palestine s’étend désormais partout, inspirant la résistance à la barbarie de nos temps…

Alors que le mouvement étudiant de solidarité avec les Palestiniens et de dénonciation de leur génocide par Israël s’intensifie aux États-Unis et s’étend maintenant à toute la planète, il y a des indices croissants qu’il arrive à influencer les rapports des forces centraux tandis qu’il est en train d’être reconnu comme un facteur majeur des développements internationaux d’importance décisive ! Ainsi, la « soudaine » prise des distances de Washington à l’égard du gouvernement Netanyahou qui a suivi (ou peut-être… précédé) l’acceptation par le Hamas du plan de paix du Qatar et de l’Égypte, est principalement attribuée à la pression asphyxiante exercée sur le président Biden et l’establishment de la superpuissance mondiale par le mouvement de solidarité au peuple palestinien des étudiants américains.

Lire la suite

Pourquoi une intervention belge devant la Cour internationale de justice se justifie

Comme l’Afrique du Sud, la Belgique a le devoir de tout faire pour prévenir et punir le génocide ainsi que l’incitation au génocide. Partie contractante de la Convention sur le génocide, la Belgique a l’obligation d’intervenir dans cette procédure.

Tribune d’un collectif de professeurs de droit international (voir la liste ci-dessous)

Lire la suite

SUR LES TRACES DU TRAM COLONIAL

Par Lucas Catherine, Martin Rosenfeld, Matthias Förster

Il s’agit d’enfourcher votre vélo et de partir à vélo à la découverte des trésors de l’Art nouveau dispersés le long de l’ancien parcours du tram qui reliait le centre-ville à l’exposition coloniale de Tervuren. Les pavillons de l’exposition de 1897 ont été l’une des premières occasions de faire découvrir au grand public l’audace et la finesse d’artistes tels que Paul Hankar ou Philippe Wolfers. Mais il s’agissait aussi d’un projet délibéré de promotion du projet colonial et des matières premières exploitées au Congo. Pour explorer par vous-même toutes ces imbrications entre naissance de l’Art nouveau et promotion du projet colonial, il vous suffit d’imprimer la carte et de suivre les explications le long du parcours.

Lire la suite

MÉMOIRE COLONIALE, DÉCOLONIALE, ANTICOLONIALE

Ce lundi 19 décembre, la Commission spéciale sur le passé colonial de la Belgique a terminé sur un échec. Il n’y aura ni excuse ni réparation. Cet échec donne à voir le clivage politique qui structure la mémoire du colonialisme.

Carte blanche parue dans Le Soir le 22 décembre.

Tout ça pour ça ? Deux ans et demi de recherches et de discussions, appuyées sur un « rapport des experts » de plus de six cents pages sur le passé colonial de la Belgique, aboutissent sur un échec. Faute d’accord, entre les partis de droite (flamand et francophone), d’un côté, socialistes et écologistes, de l’autre, qui composent le gouvernement belge, et faute d’accepter de recourir à une majorité alternative, les recommandations de la commission du Parlement fédéral sont abandonnées.

Lire la suite

Vers une “réhabilitation” des sorcières ?

Par Camille Wernaers — N°249 / p. 18-20 • Novembre-décembre 2022

Lors de la chasse aux “sorcières”, pendant plusieurs siècles, la sorcellerie est condamnée dans des lois adoptées par la plupart des États européens. Les femmes accusées de sorcellerie seront jugées au sein de tribunaux civils et, en majorité, seront punies de la peine de mort. Retracer l’histoire des sorcières et de leurs procès, comme le font Charles Greco en Wallonie ou Chiara Tomalino à Bruxelles, c’est raconter des violences institutionnelles qui vont jusqu’aux féminicides. Aujourd’hui, certains pays et certaines communes ont amorcé un nécessaire devoir de mémoire face à ce passé collectif qui demeure bien présent.

Lire la suite

Pourquoi beaucoup de Marocains d’Europe préfèrent jouer sous les couleurs du Maroc

Beaucoup de footballeurs issus de la diaspora marocaine choisissent d’évoluer sous les couleurs de l’équipe nationale du Maroc. Si certains sont mus dans cette démarche par la fierté ou par un sentiment de méconnaissance, d’autres espèrent surtout bénéficier de davantage de temps de jeu.

Lire la suite

Bruxelles Panthères interpelle à nouveau l’UNESCO à propos du « Sauvage » d’Ath

Après notre premier courrier à l’UNESCO en 2019, après plus de deux ans de pandémie mondiale et deux ans après le mouvement mondial Black Lives Matter suite à l’assassinat de George Floyd, la position des autorités athoises et des communautés organisatrices de la ducasse n’a pas bougé d’un iota. Leur souhait est de continuer à produire un personnage négrophobe dans un événement populaire patrimoine immatériel de l’humanité qui rassemble des dizaines de milliers de personnes, dont une grande part d’enfants, pendant plusieurs jours.

Nous écrivons une seconde fois  à Madame la Directrice générale et à l’UNESCO pour faire part de notre constat sur l’évolution de la position des responsables impliqués et pour rappeler les conséquences désastreuses de la perpétuation de cette pratique déshumanisante qui à nos yeux devrait être illégale.

Veuillez trouver ci-dessous notre message à Madame la Directrice générale.

Lire la suite

A propos de la « Journée internationale de lutte contre les violences policières »

« AVEC NOUS OU RIEN

Nous, Noirs, Arabes, Rroms, Musulmans, issus de l’immigration postcoloniale, identifiés comme des non-blancs, sommes les cibles prioritaires d’un racisme structurel qui, depuis plusieurs décennies, poursuit sa marche funeste en se déployant à tous les niveaux de la société. Le constat est sans appel : nous sommes de plus en plus exposés aux violences et aux crimes policiers, aux discriminations systémiques, aux humiliations et à une précarisation généralisée. À l’origine du traitement différencié réservé à nous « citoyens de seconde zone », au mieux, « citoyens refoulés », au pire, se développe et s’affirme un véritable « racisme d’État » qui s’exprime sous diverses formes.

Des formes de racisme d’Etat comme lorsque les binationaux ne bénéficient même plus des protections formelles de la Belgique lorsqu’ils se trouvent dans le pays de leur autre nationalité, ou plus subtilement lorsque Noirs, Rroms, Arabes et Musulmans sont transformés en purs objets silencieux des politiques publiques qui les concernent.

Des formes structurelles qui, s’appuyant sur ces logiques d’Etat, imprègnent la société belge dans son entièreté, jusqu’aux mouvements politiques prétendant parler en notre nom mais nous renvoyant à un supposé « communautarisme » dès que nous déployons nos propres modes d’organisation. » Collectif Rosa Parks Belgique (2018).

Lire la suite

Retour sur l’assassinat de Mohamed Amine Berkane

Texte de Anas Amara et Nordine Saïdi publié dans le cadre du groupe de travail mandaté par les Bruxelles Panthères autour des violences policières.(* )

« Et un arabe dans un commissariat, il tient pas plus d’une heure. » 

Ce lundi 13 décembre, nous apprenions avec un dégoût abreuvé d’un sentiment d’indignation 

l’assassinat tragique de notre cher frère Mohamed Amine Berkane. En effet, le 12 décembre 2021, Mohamed Amine Berkane, un jeune homme de 26 ans et de nationalité algérienne, sans-papiers arrivé en Belgique depuis quelques semaines, est arrêté à 22h35 au niveau de l’arrêt de bus 61 direction gare du Nord à la place Rogier pour le vol présumé d’un téléphone portable qui aurait eu lieu dans un bar sur le Boulevard Adolphe Max. Il était en compagnie de son ami, Hicham, lui aussi embarqué pour les mêmes faits présumés. Mohamed Amine Berkane et son ami furent transférés et séparés au commissariat de la rue Royale à 23h40, et Mohamed Amine Berkane a été retrouvé mort le lendemain après-midi. Le corps de notre frère a été rapatrié ce samedi à Alger. Le consul d’Algérie nous a déclaré qu’une contre-autopsie sera menée en Algérie avant que le corps ne soit définitivement rendu à sa famille à Tipaza, ville côtière proche d’Alger.(1)

Lire la suite

Junior Masudi Wasso et la ligne raciale dans la frontière postcoloniale

Par Aymar N. Bisoka (UMONS) et David Jamar (UMONS). Retour, à partir des sciences sociales, sur une affaire récente.

Tentative indigne d’expulsion de Junior Wasso

Le Secrétaire d’Etat Samy Mahdi a « raison », l’Office des Etrangers qui délivre les autorisations de séjour et les ordres de quitter le territoire a « raison » et la politique aéroportuaire qui vérifie les motifs a « raison ». C’est à notre sens par ce point qu’il faut commencer pour raconter l’histoire de Junior Wasso dont les papiers avaient pourtant été dûment validés. Ceci ne rend pas la décision moins ignoble, au contraire[1] ; elle en devient, si l’on analyse ces « raisons », plus inquiétante. Ajoutons : ces instances se sentent légitimes dans leurs raisons[2] : voilà pourquoi elles nous l’ont bel et bien communiqué, chacun jouant son rôle. La police aéroportuaire dispose des latitudes nécessaires correspondant à ce qui la définit : vérifier les motifs. L’Office des Etrangers s’appuie allégrement sur ces rapports officiels et les entérine. Le Ministre couvre son administration dans ce qu’il nomme « Etat de Droit ». Bien entendu, le travail juridique consiste aussi à s’y infiltrer et à tenter, jurisprudence à l’appui, de défaire ces mailles organiques. Il n’en reste pas moins que le cas n’est pas exceptionnel, pas plus qu’il ne relève d’un dysfonctionnement quelconque. L’on peut être choqué et cet état d’esprit participe de la mobilisation mais qui, Noir ou Arabe, a eu affaire à la police aéroportuaire sait intimement que l’état de surprise concerne celles et ceux qui passent sans encombre les check points.   

Lire la suite