Procès Abramowicz : le faussaire bientôt condamné ?

Devant le Tribunal correctionnel de Bruxelles s’est déroulée, le 25 mars, la dernière étape du procès opposant Georges-Pierre Tonnelier à Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau. Les militants de l’asbl Résistances sont accusés de « port public de faux nom, faux et usage de faux et violation de la vie privée ». Une audience tendue mais passionnante qui aura duré plus de sept heures ! En débat, plusieurs enjeux démocratiques comme la liberté de la presse, le droit aux opinions et les limites du militantisme. Le 29 avril, la Justice devra notamment trancher cette question : Abramowicz et Maquestiau sont-ils de vulgaires délinquants ou des journalistes d’investigation ? En attendant, nous dénonçons les pressions et menace exercées par Manuel Abramowicz sur l’une des collaboratrices de FDC (www.femmesdechambre.be) qui ont conduit ce site d’informations à censurer l’article que vous allez lire ici…

Par Olivier Mukuna 

Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau
Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau

« Madame la présidente, ce sont des militants hystériques et pas des journalistes ! », s’exclame Me Sébastien Courtoy en désignant le banc des prévenus dans une salle d’audience bondée…

Les faits remontent à 2009. Sous prétexte d’étudier le mode de recrutement de l’extrême-droite sur Internet, Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau (asbl Résistances) bidonnent un faux profil sur Facebook. Au nom d’Isabelle Ravet, une jeune femme avenante qui diffuse des opinions d’extrême-droite … L’opération undercover est lancée ! Georges-Pierre Tonnelierex-cadre du FN, mord à l’hameçon : il entre en contact privé avec la demoiselle imaginaire durant une dizaine de jours. Un résumé diabolisant de leurs échanges virtuels sera ensuite rendu public sur resistances.be afin de dénoncer l’ex-frontiste, qui aurait caché aux citoyens qu’il serait resté actif « au cœur de la mouvance FN »Défendu par Me Courtoy, Tonnelier dépose plainte. Et les militants de Résistances de se retrouver aujourd’hui en correctionnelle pour justifier de leurs « méthodes ». 

« On n’a pas pu investiguer plus loin », affirme Julien Maquestiau à la présidente de la 30ème chambre du Tribunal correctionnel.« On ne s’attendait pas du tout à ce que Tonnelier réponde. Il nous a contacté avec un profil politique donc, il n’y avait pas de risques relatifs à la vie privée. Par la technique du hameçonnage, on a eu quelqu’un de plus gros qu’un petit poisson : une personnalité, chargée du recrutement pour le FN et cadre au sein du bureau du FN »

Georges-Pierre Tonnelier
Georges-Pierre Tonnelier

« Il y a une génération Facebook d’extrême-droite et celle-ci est menée par M. Tonnelier », enchaîne Manuel Abramowicz. Le plus médiatique des deux prévenus développe « l’intérêt » pour son asbl d’avoir eu recours au journalisme masqué (undercover) : « D’une part, nous travaillons dans un milieu dangereux où nous recevons des menaces des mort. D’autre part, l’intérêt de passer par ce journalisme masqué, Madame la présidente, c’est aussi d’informer ces milliers d’électeurs qui ignorent que le FN ment lorsqu’il dit ne pas être raciste ni d’extrême-droite. Il faut les informer avant qu’ils ne posent le même choix qu’aux municipales françaises … Il y a une série de groupes, amis de Tonnelier, qui gravitent autour de l’extrême-droite et sont de véritables nazis. Certes, M. Tonnelier n’est pas un néo-nazi, mais il y en a dans son entourage et il est le n°2 du Front National ». 

Ecoeurant cynisme

Dès l’entame de sa plaidoirie, Me Sébastien Courtoy met en évidence un « détail » omis par les prévenus :   

« Au-delà de ses aspects nationalistes, pourquoi ont-ils choisi le nom réel d’Isabelle Ravet et pas un autre ? Parce qu’une morte, ça ne dépose pas plainte, Madame la présidente ! Ils la savaient morte, et savaient donc, dans leur écoeurant cynisme, qu’elle n’était plus là pour se défendre et qu’ils pouvaient dès lors se servir impunément de son nom, pour leurs basses entreprises, sans prendre le risque de la voir déposer plainte contre eux ».

Le conseil de Tonnelier enchaîne sur les « balivernes » déployées par le duo Abramowicz-Maquestiau. La principale consiste en une tentative désespérée de crédibiliser l’existence d’une « étude scientifique » au cours de laquelle ils seraient tombés fortuitement sur Tonnelier. Pour ensuite décider de lui faire « avouer » qu’il appartient toujours au Front National. Appartenance que le plaignant conteste depuis 2008, à l’égard d’un parti qui n’existe plus en Belgique depuis 2012…

S’appuyant sur l’article de délation titré « Tonnelier dévoile son appartenance politique sur Facebook », diffusé le 3 juillet 2009 sur resistances.be, Me Courtoy ajoute: « Ce titre, à lui seul, prouve que l’intention était bien de s’en prendre à Tonnelier, et non pas de se livrer à une pseudo-enquête scientifique sur les méthodes de recrutement de l’extrême-droite. L’article parle uniquement de Monsieur Tonnelier et de son appartenance politique, et ne fait nulle mention d’une quelconque enquête ‘scientifique’».

Maître Sébastien Courtoy
Maître Sébastien Courtoy

Tranquillement et avec éloquence, Me Courtoy pilonne l’arc de défense branlant des prévenus : « Par une sidérante coïncidence, le profil Facebook d’Isabelle Ravet fut supprimé et la prétendue enquête à visée générale stoppée, précisément au moment même où les prévenus eurent récolté les infos nécessaires sur Monsieur Tonnelier ! Les prévenus sont incapables de faire état du moindre nom, de la moindre personne de la mouvance nationaliste (autre que M. Tonnelier), qui aurait été en contact avec le profil d’Isabelle Ravet ; ce qui, une fois de plus, démontre que ce profil fut créé spécifiquement et uniquement pour viser mon client dans une entreprise de basse vengeance et grâce à une série de faux stratagèmes ». 

Pour parfaire sa démonstration, l’avocat ressort un droit de réponse de… Maquestiau, publié dans Le Soir du 11 et 12 juillet 2009. Dès les premières lignes, le militant de l’asbl Résistances y écrit: « L’utilisation de Facebook n’avait pas pour but de confondre n’importe quel membre du Front National, mais au contraire de mettre en évidence les mensonges d’un militant du FN ».  

« Cela a le mérite d’être clair ! », tonne Me Courtoy. « En réponse à l’article paru dans Le Soir, dans lequel le journaliste Pascal Lorent faisait part de son écoeurement face aux méthodes des prévenus, Julien Maquestiau précise expressément que le seul et unique but de la création du profil était de piéger Tonnelier … On est bien loin de ‘l’étude scientifique à visée générale relative aux méthodes de recrutement de l’extrême-droite’, dont on ne trouve, par ailleurs et bien entendu, pas la moindre information dans ce droit de réponse ».   

Et d’allumer le projecteur sur le vrai visage des prévenus : « Ce n’est qu’une fois la plainte pénale déposée contre eux que, pour tenter de s’en sortir, ils inventèrent de toutes pièces cette histoire mensongère d’enquête scientifique à visée générale. Les juridictions d’instruction ne furent d’ailleurs pas dupes des manœuvres mensongères des prévenus, puisque tant la Chambre du conseil que la Chambre des Mises en Accusation renvoyèrent les prévenus devant votre Tribunal. »

Délit d’opinion

Le premier avocat de la défense, Me Laurent Arnauts, a d’abord tenté de restaurer l’image abîmée du fameux duo « antifasciste » : « Mes clients font preuve d’une extrême retenue dans la diffusion de leurs informations. Nous sommes face à des journalistes responsables et bénévoles qui travaillent consciencieusement depuis 15 ans. Leur Observatoire de l’extrême-droite a un sens journalistique et un intérêt citoyen. Leur site ne vise pas à instaurer un délit d’opinion. Resistances.be n’évoque pas les non-politiques et tous ceux qui ne sont pas en lien avec leur objet de recherches ».

Oubliant un peu vite que, par exemple, plusieurs intellectuels et militants, ne partageant pas l’adoration d’Abramowicz pour l’islamophobe et serial-menteuse Caroline Fourest, ont été immédiatement amalgamés à l’extrême-droite par l’actuel prévenu. Sans preuve, sans enquête et (sûrement) sans haine. En l’occurrence, le coordinateur de Résistances concluait d’ailleurs son communiqué en ces termes fort « responsables » : « Les sales méthodes de l’extrême droite contre la liberté d’expression ne sont pas toujours utilisées par ses représentants officiels… »

ARNAUTS-JT-RTBF-06-07-12

Me Arnauts enchaîne sur une longue énumération des actes, fonctions et condamnation de Tonnelier de 1998 à 2011. Aussi assommante qu’inopérante, cette litanie a anesthésié une bonne partie du public. Le procès ne portant pas sur l’horrible passé frontiste du plaignant mais sur la légalité ou non des méthodes de ses respectables clients. Pas selon Me Arnauts qui voit dans l’action de Tonnelier une menace pour la liberté de la presse : « En 2008, Tonnelier quitte le FN. Pour accorder un semblant de crédit à son repentir, il va faire pression sur resistances.be afin d’obtenir la censure de son passé d’extrême-droite sur leur site, sous prétexte qu’il aurait un droit à l’oubli. Non, en réalité, Tonnelier s’attaque à un droit fondamental de mes clients qui est le leur et qui intéresse la société. Imaginez que José Happart demande au quotidien Le Soir de supprimer tout ce qui a été écrit sur lui sous prétexte qu’il a cessé toute activité politique… ».

Se plaçant au niveau européen, le second avocat des prévenus, Me Jacques Englebert, invoque la liberté d’expression : « Si vous estimez l’infraction établie, Madame la présidente, vous ne pouvez pas condamner car vous violeriez l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme qui consacre la liberté d’expression et son noyau dur : la liberté de la presse ».

Maître Jacques Englebert
Maître Jacques Englebert

Soulignant qu’il peut exister des exceptions et ingérences, « à des conditions strictes », à la disposition européenne, Me Englebert conclut : « La protection de l’article 10 s’applique pour la production de la presse mais aussi pour ses méthodes. Ce procès est celui du principe de la liberté d’expression. En réalité, on attaque la production de mes clients sans le dire et vous ne pouvez pas les condamner car, d’une part, les conditions d’ingérences ne sont pas réunies, d’autre part, l’article 10 prime sur les règles de droit et le Code pénal belges ».

 

« Une peine qui n’est pas sévère »

Pour la substitut du Procureur, Julie Feld, la violation de la loi protégeant la vie privée n’est pas établie. Elle a donc demandé l’acquittement des prévenus sur ce point. En revanche, le magistrat constate que leurs « arguments ne résistent pas à l’analyse » et se range du côté de Me Courtoy concernant l’infraction « évidente » de l’article 231 du Code pénal relatif au « port public de faux nom ».

D’un point de vue journalistique, la substitut va ensuite mettre sérieusement dans les cordes le duo autoproclamé de l’investigation. Partant des deux grandes règles déontologiques qui encadrent l’exercice du journalisme masqué – révéler une info d’importance et significative pour la société ; n’avoir aucun autre recours pour informer -, Julie Feld se montre catégorique : 

«Les conditions n’étaient pas remplies pour une ‘undercover’, car il y avait d’autres moyens, d’autres informations à travailler, pour savoir si Tonnelier mentait sur ses intentions politiques». Et le ministère public d’enfoncer le clou : «Ils ont utilisé une méthode qui est une infraction pénale pour prouver une opinion, or, cette dernière n’est pas illégale. Ensuite, y avait-il un intérêt public suffisant ? Prouver que Tonnelier reste actif politiquement n’est pas d’intérêt public ! Et peut-on commettre une infraction pénale pour prouver une appartenance politique ? Non ! ».  

Abra sur RTBF

Pour autant, la substitut du Procureur estime qu’on peut voir les choses sous un autre jour : 

« Ce n’est pas le procès de resistances.be, ni celui de la liberté de la presse ou celui du combat contre l’extrême-droite mais celui de deux hommes victimes de l’acharnement procédurier de Tonnelier ! Mais ce n’est pas parce qu’on combat l’extrême-droite qu’on peut tout faire. Les règles doivent être respectées par tous. Je vous demande, Madame la présidente, une peine qui n’est pas sévère : la suspension du prononcé ». Autrement dit : la condamnation d’Abramowicz et de Maquestiau sans que celle-ci ne figure sur leurs casiers judiciaires respectifs.

En écho, Me Sébastien Courtoy réplique : « Cela fait 10 ans que mon client est persécuté par Manuel Abramowicz. Ça va trop loin, Madame la présidente ! Tonnelier, récemment diplômé en Droit, inéligible et qui a jusqu’ici raté sa vie, est un garçon fragile. Il va finir par se suicider : à cause de tous les articles, les pièges et les campagnes d’Abramowicz contre lui ; depuis 10 ans, il n’arrive pas à trouver d’emploi ni de petite amie et il en souffre terriblement ». 

Anti-journalisme

Au lendemain du procès, les trois articles de presse quotidienne (Le SoirLa Libre et l’Avenir) ne sont pas favorables aux thèses des prévenus. Ces productions sont essentiellement construites autour de la demande de condamnation du substitut du Procureur … En revanche, les trois auteurs des articles reconnaissent et présentent les deux prévenus comme des confrères, des journalistes. Or, nous allons le voir, il n’y a rien de plus faux. 

Ayant couvert l’affaire, in tempore non suspecto, et en sa qualité de journaliste professionnel, il nous a semblé « d’intérêt public » d’interviewer Pascal Lorent. De savoir ce qu’il pensait du fond du dossier mais également de connaître sa réaction suite aux allégations d’Abramowicz déclarant être à l’origine de son « déplacement » au Soir pour cause … « d’anti-journalisme » ?

Pascal Lorent
Pascal Lorent

«C’est Résistances qui a contacté Le Soir et j’ai été chargé de l’article. », se souvient Pascal Lorent« J’ai relaté les faits dans un premier papier et, deux jours plus tard, j‘ai publié un commentaire. Pourquoi ? Parce que dès le début quelque chose me dérangeait. Résumons l’affaire : on se dissimule pour faire avouer à quelqu’un ses opinions. Cela me pose problème. Je tiens d’abord à souligner que je suis antiraciste, pour l’égalité entre les hommes et le plus éloigné possible des thèses d’extrême-droite. Pour autant, les garanties de droit sont essentielles en démocratie. »

Chevronné par près de 20 ans d’expériences professionnelles dont 13 au Soir, le journaliste ajoute : « Que Tonnelier appartienne à l’extrême-droite ou non est un élément qui ne préoccupe finalement que Résistances. La taille groupusculaire de l’extrême-droite en Communauté française est telle que de savoir si Tonnelier se réunit dans l’arrière-salle d’un café avec 4 autres sbires ne me semble pas d’une importance décisive. Je l’ai écrit dans mon troisième et dernier papier : ‘C’est prendre un bazooka pour écraser une mouche’. C’était donc disproportionné mais aussi dangereux ! Imaginez qu’on applique de telles méthodes envers l’extrême-gauche, envers des syndicalistes, des loges maçonniques ou des organismes religieux. L’appartenance seule ne suffit pas ! Il faut expliquer en quoi celle-ci peut être dangereuse pour la collectivité ? ». 

Le "face-à-face" entre le militant Julien Maquestiau et le journaliste Pascal Lorent (2009).
Le « face-à-face » entre le militant Julien Maquestiau et le journaliste Pascal Lorent (2009).

Quant à l’impérieuse nécessité journalistique de « dénoncer » Tonnelier via une undercover, voilà ce qu’en dit Lorent cinq ans plus tard : « Je ne me prononce pas sur le fait de savoir si Tonnelier appartient toujours à l’extrême droite. En réalité, on s’en fout et ça n’a aucun intérêt. Par contre, Manuel Abramowicz se trompe lorsqu’il parle de ‘journalisme undercover’ pour justifier son opération. Les mots ont leur importance et je conteste le choix de ces termes pour qualifier ce qu’il a fait avec Maquestiau. J’ajoute qu’au départ de cette affaire jusqu’à aujourd’hui, il n’y a, à mon sens, pas de menace pour la liberté de la presse ».

Mais, selon Abramowicz, les supérieurs du journaliste n’ont pas été de l’avis de leur employé. D’ailleurs, suite à une intervention téléphonique de l’actuel prévenu, « l’incompétent Lorent » aurait été muté vers un autre service ? « Si mon déplacement vers le Service Économie du Soir est une ‘sanction’ alors, nombre de salariés sanctionnés doivent rêver de l’être de la sorte ! »rigole Pascal Lorent.

«Soyons sérieux : à aucun moment, Abramowicz n’a été à l’origine de mon changement de Service au Soir. C’est moi-même qui l’ai demandé ! Après 4 ans de couverture des matières politiques et à l’occasion de la nomination du nouveau rédacteur en chef, Christophe Berti, j’ai déposé un projet pour créer une ‘cellule consommation’, conjointement à un collègue qui a proposé une ‘cellule alimentation’. Tout cela a abouti à mon transfert vers l’Économie, à partir de septembre 2013, et j’ai une série d’échanges de mails pour le prouver. Bref, ce déplacement n’a rien avoir avec mes articles publiés en 2009 … Manuel Abramowicz est persuadé de l’utilité de ce qu’il fait et je ne veux en aucun cas la lui retirer. Néanmoins, il ferait bien de revenir à un peu plus d’humilité : il n’a pas encore le pouvoir de faire changer d’affection les journalistes du Soir ».  

Confirmant les appels téléphoniques d’Abramowicz, reçus à l’époque de ses articles comme après l’audience du 25 mars 2014, Pascal Lorent ne qualifie pas ceux-ci de « pressions ». Mais s’interroge « Non, il n’a pas exercé de pressions directement sur moi. Mais a-t-il appelé d’autres personnes comme ma Rédactrice en chef de l’époque, Béatrice Delvaux, ou le Directeur général, Didier Hamann ? Je n’en sais rien. Il faudrait leur demander … En tout cas, je n’ai jamais été averti d’une telle chose par ma direction»

Pressions et menace sur FDC

Contacter les dirigeants du Soir ne sera pas nécessaire. Manuel Abramowicz s’est chargé lui-même de pulvériser nos derniers doutes … Et là encore, il nous a semblé d’intérêt public de révéler ce à quoi il s’est livré 48 heures après la fin de son procès.

Le 27 mars 2014, en messagerie privée sur Facebook, le vaillant « journaliste d’investigation » a mis sous pression et menacé l’une des collaboratrices de FDC (www.femmesdechambre.be). 

   Logo FDC procès Abra

Avec un tel succès que l’équipe de ce site d’informations belge a exigé de censurer une partie significative de notre article … Je m’y suis refusé. Jugeant ce choix inacceptable et en totale contradiction avec la charte déontologique de FDC Sollicité en urgence, le site Bruxelles-Panthère a accepté de diffuser l’intégralité de ma production journalistique.

Voici donc ce qu’a envoyé Abramowicz à cette journaliste indépendante et que le site FDC a voulu censurer. Un extrait qui se caractérise aussi par un concentré de diffamations haineuses envers l’auteur de ces lignes :

« Pas très sérieux pour une journaliste. Tu couvres donc Olivier Mukuna, c’est normal, vous êtes des potes. Ah, la subjectivité… Nous, pour notre part, nous allons le dénoncer comme le nouveau collabo de l’extrême droite belge et évidement retracer son parcours et sa dérive… En évoquant tous ses mensonges, dont les vraies raisons pour lesquelles il ne peut plus écrire dans la presse belge (tu connais sa réputation de gros paresseux dans les médias ?). Dès lors, nous révélerons, avec des témoignages déjà recueillis, ses manipulations…

Nous aborderons aussi sans doute l’histoire de l’écriture de son mémoire à l’ULB en journalisme, avec l’aide d’un ‘vrai nègre’ (une bonne connaissance à moi )… Cela sera notre spéciale réponse au vrai faussaire qu’il est, Olivier (pourtant c’est lui qui m’avait qualifié de ‘faussaire’), et nous évoquerons aussi, c’est normal, qu’il est le cofondateur du site d’informations Femmes de chambre… avec toi. Un site dès lors co-animé par un collabo d’extrême droite.

Je sais, c’est dur de savoir qu’un de tes supers amis est un super menteur et qu’il t’a manipulée de A à Z. (Ce message est une conversation privée… si tu le diffuses, je te colle une plainte qui débouchera sur un procès). »    

Devant tant de « vocation » pour le respect d’autrui et la liberté de la presse, notre consœur a répondu, elle, en journaliste authentique : « Je ne suis pas sensible aux menaces. » Et l’actuel prévenu de lui répondre tel un militant d’extrême-droite : « Ce n’est pas une menace, juste un ‘rappel à l’ordre’. Bisous tout de même et à la prochaine ».      

 


1 réflexion au sujet de “Procès Abramowicz : le faussaire bientôt condamné ?

  1. Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau (RésistanceS.be) définitivement condamnés !

    C’est par un jugement extrêmement bien motivé d’un point de vue juridique, prononcé ce 20 mai 2014, et désormais passé en force de chose jugée, que la juge Anne-Françoise de Laminne de Bex, qui préside la 61ème chambre du tribunal correctionnel de Bruxelles, a dit pour droit que Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau, respectivement président et porte-parole de l’association RésistanceS.be, s’étaient rendus coupables de port public de faux nom au préjudice de Georges-Pierre Tonnelier.

    Un véritable désaveu judiciaire des méthodes de RésistanceS.be

    Cette décision rendue par le tribunal correctionnel de Bruxelles, qui est donc aujourd’hui définitive, n’ayant pas été frappée d’appel, constitue une reconnaissance par la Justice du caractère illicite des pratiques prétendument journalistiques des désormais délinquants de droit commun Manuel Abramowicz et Julien Maquestiau.

    Contrairement à ce qu’affirment les intéressés, bien en peine de reconnaître leur défaite, ce n’est pas la hauteur de la sanction qui leur est infligée qui importe, aux yeux du plaignant, mais bien le fait que ce soit un jugement de principe, établissant leur culpabilité, qui ait été rendu. Le tribunal a ainsi suivi la vibrante plaidoirie de Me Sébastien Courtoy, qui avait demandé au tribunal de reconnaître l’illégalité des méthodes d’ « investigation » de l’association RésistanceS.be.

    Un professeur de communication condamné pour port public de faux nom ?

    Manuel Abramowicz est enseignant à la Haute École Libre de Bruxelles-Ilya Prigogine (HELB), dans les catégories sociale et économique. Il y donne notamment des cours de communication de crise, sur les institutions nationales et internationales, les techniques d’édition et la presse écrite.

    Quelle crédibilité a-t-il encore aujourd’hui vis-à-vis de ses étudiants, au lendemain de sa condamnation ?

    Comment expliquer que de futurs porte-paroles, attachés de presse ou chargés de communication soient formés par une personne qui vient elle-même d’être condamnée par les juridictions pénales pour port public de faux nom, une infraction de droit commun, commise dans l’exercice de sa profession de journaliste ? Quel exemple, que modèle représente-t-il pour eux ? Quelle confiance la direction de la Haute École Libre de Bruxelles-Ilya Prigogine (HELB) peut-elle encore lui accorder pour remplir sa mission ?

    Ceux qui, voici quelques mois, s’indignaient du recrutement d’un ancien cadre du Front National comme professeur de français au sein de l’athénée Alfred Verwée, à Schaerbeek, protesteront-ils également contre le maintien du désormais délinquant Manuel Abramowicz à son actuelle fonction d’enseignant en communication ?

Laisser un commentaire