« Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont forcément raison »

« Ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont forcément raison »

cible-islamophobie

Quelques jours après la célébration de l’Aïd el-Kébir, les citoyens suisses ont voté avec une majorité écrasante de 57,5% l’interdiction des minarets à l’appel de la droite populiste, qui dénonce un « symbole politico-religieux ».

Les partisans de cette interdiction n’avaient pas fait dans la nuance, avec des affiches représentant une femme complètement voilée par une burqa devant le drapeau suisse couvert de minarets et dont la silhouette évoquait des missiles !

Le résultat de ce dimanche, contredit les sondages qui prédisaient durant la campagne un rejet de la proposition de la droite populiste par 53% des votants.

« La construction de minarets est désormais interdite en Suisse », a annoncé le gouvernement helvétique dans un communiqué officiel 1.

Le résultat de ce référendum nous donne à lui seul une idée de comment est perçu l’islam en Europe. Cette consultation ne devient qu’une formalité visant à légaliser une politique xénophobe : Ce n’est pas nous, c’est le peuple !

Le 30 octobre, le comité des droits de l’homme de l’ONU s’était déclaré préoccupé par l’initiative anti-minarets et « la campagne d’affiches discriminatoires » qui l’accompagnait.

Un expert du comité des droits de l’homme, Nigel Rodley, avait exprimé son « incompréhension ». Pour lui,  le Conseil fédéral n’aurait pas dû autoriser la votation de ce texte.

« Si la Suisse ne veut rien lâcher, elle devra rompre avec les textes internationaux », explique l’avocat Gilles Devers, car le texte entre en contradiction avec «la Convention européenne de sauvegarde des Droits de l’homme, et le pacte des droits civils et politiques».

Pour lui, deux solutions sont possibles : soit la Suisse suit l’avis des juridictions européennes ;  soit elle ne respecte pas les traités qu’elle a signés, «ce qui est dramatique pour la Suisse, dépositaire d’actes essentiels du droit international dont les Conventions de Genève».

La victoire des opposants aux minarets relève d’une peur de l’islamisation du pays, qui existe aussi en Belgique. Si une telle consultation avait lieu en Belgique, le résultat serait probablement identique ; critiquer la décision suisse est pure hypocrisie.

On peut observer que les partisans qui ont voté « oui » à l’interdiction des minarets ou même ceux qui combattent le port du voile, de la burqua ou parlent d’identité nationale ont une certaine honte de ce vote. Ils sont peu nombreux à assumer publiquement ce vote.

Ce résultat est à replacer dans un contexte d’islamophobie grandissante.

Ce résultat traduit la peur de l’islam dans la société, et cette crainte est due en partie par ceux-là même qui se disent aujourd’hui « scandalisés ».

Des milieux idéologiquement hostiles à l’islam, se constituent aujourd’hui en réseaux, ces milieux articulant une critique systématique de l’islam ne sont pas très nombreux, mais fournissent assez largement l’argumentaire qui se trouve ensuite repris dans les débats publics. Ils trouvent des relais dans certains milieux dont la critique de l’islam est parallèle à un soutien à Israël et au sionisme.

Pour eux, l’implantation de l’islam en Europe est une invasion, qui sera suivie par l’imposition d’une domination islamique et d’un système légal islamique. Car même si c’est « l’islamisme » qu’ils prétendent combattre, c’est en réalité la présence même de l’islam sur des terres chrétiennes  qu’ils mettent en question.

Les médias, ainsi que nos représentants politiques agitent eux aussi, sous n’importe quel prétexte, d’un foulard dans une école, à une « émeute » dans les quartiers, le spectre de « la menace islamique » qui ébranlerait notre sacro sainte laïcité ainsi que « nos » valeurs de supériorité de la civilisation occidentale.

Ils participent, par les amalgames entre – islam, immigration, délinquance et terrorisme – à la création d’un climat raciste qui permet aux idées du choc des civilisations de progresser.

Comme le synthétise Lucia Dahlab, vice-présidente de l’Union des organisations musulmanes de Genève (UOMG), le monde politique porte sa part de responsabilité : « Les discours se superposaient : les uns disaient « l’islam pose problème, il faut interdire les minarets » et leurs adversaires répondaient: « l’islam pose problème mais il ne faut pas interdire les minarets ». Les gens ont retenu que l’islam pose problème. »

Aujourd’hui, le démocrate-chrétien (centre) Jacques Neirynck redoute ainsi un boycott des produits suisses par les pays musulmans et s’inquiète : «Les pertes pourraient alors se chiffrer en milliards de francs ». Le gouvernement craint que l’image de la Suisse dans le monde en pâtisse. Même les socialistes, par la voix de la conseillère nationale Ada Marra, s’inquiètent: « Le résultat aura des effets sur nos liens avec l’étranger et peut-être sur le sort des otages suisses en Libye ». Tous regrettent le résultat, mais qui s’inquiète des citoyens suisses de confession musulmane ?

Bien des gens qui auront soutenu l’initiative ne l’auront pas fait pour des raisons idéologiques ou à partir d’expériences personnelles avec des musulmans, mais tout simplement en raison de l’image de l’islam que renvoie quotidiennement l’actualité : attentats, violences, manifestations d’hostilité à l’Occident, tout cela dans le contexte de l’après-11 septembre.

Loin de se limiter à la question précise du minaret, le débat a largement porté sur l’islam en général.

Le minaret bien que sans importance au niveau de la pratique, est un symbole de l’islam ; ne pas l’accepter, c’est ne pas accepter la présence de citoyens de confession musulmane tout court. C’est toute une population qui se sent visée, rabaissée et non désirée.

L’interdiction des minarets, n’est que le symbole renvoyé aux musulmans pour qu’ils comprennent qu’ils ne sont pas acceptés en tant que communauté religieuse, tout comme l’interdiction du port du voile. Le minaret comme le voile ont  été transformés en marqueur de l’islamisation du pays.

C’est indéniablement la visibilité des musulmans, qui, dans les sociétés européennes, pose problème.La Suisse montre à quel point l’islamophobie est désormais présente dans les sociétés européennes.

Et qu’on ne s’y trompe pas, cette interdiction ne sera pas le dernier pas d’un parti d’extrême-droite, qui mettra encore au défi d’autres thèmes liés à la présence des musulmans en Europe.

En Belgique, le chef de file du parti d’extrême droite, Filip Dewinter, a indiqué dès l’annonce des résultats du référendum suisse de dimanche qu’il comptait déposer une proposition de décret similaire, afin d’interdire la construction de minarets en Flandre. Pour lui, il s’agit de donner aux musulmans un « signal qu’ils doivent s’adapter à notre manière de vivre et non l’inverse ».

La Liste Dedecker (LDD) s’est déclarée, par la voix de son chef de groupe, Lode Vereeck, partisane de régler la question par voie de referendum, en rappelant son attachement à la « démocratie directe » et à la liberté de culte, pour autant qu’il y ait séparation entre l’Eglise et l’Etat.

Bien avant eux, la sénatrice Christine Defraigne chef de file MR au Sénat, a annoncé sa volonté de déposer un projet de loi visant à interdire, dans l’espace public, le port de la burqa. Elle invoque la sécurité publique pour justifier le projet. S’occuper tout d’un coup de la burqa, c’est montrer du doigt la communauté musulmane, monter en épingle un problème. C’est comme les minarets, il n’y en a que quatre en Suisse. Que des partis traditionnels soient tentés de surfer sur cette vague extrémiste et discriminatoire est très inquiétant.

En mai 2008, une étude de la VUB constatait :

« On est en droit de se demander, s’il est bien nécessaire, pour garantir la sécurité publique ou combattre les nuisances publiques, d’interdire de façon générale, les burqas, qu’on ne rencontre encore que très peu à Bruxelles. Il semble qu’on soit là en présence d’une réaction disproportionnée à un problème marginal. Certaines actions récentes menées dans divers pays occidentaux, contre le port de la burqa dans les lieux publics sont liées, à n’en pas douter, au climat défavorable qui règne actuellement à l’égard de l’islam et qui associe, plus que jamais, la burqa à l’extrémisme islamiste et à la menace terroriste. » 

Il n’y a plus le choix, une réaction de tous les musulmans, des fidèles de toutes les religions, et de tous les démocrates, au niveau européen, doivent s’opposer à ce que ce vote, contraire aux fondements du droit, devienne une loi visant à légaliser une politique xénophobe envers les musulmans européens.

Le racisme anti-arabe est enraciné depuis longtemps en Europe, mais il est moins acceptable socialement qu’il y a trente ans. La droite et le raciste ignorant n’hésitent pas à se tourner vers le musulman pour trouver « l’ennemi intérieur » dont ils ont besoin.

Combattre l’initiative ne suffit donc pas et de vaines déclarations d’intention ne changeront pas le climat actuel. Bien au-delà, il serait plus judicieux de poursuivre un véritable combat contre toutes les formes de racisme et pour une véritable loi contre l’islamophobie. L’égalité des droits, la liberté de culte, d’opinion, d’expression pour tous et toutes doivent être des principes garantis.

Le récent rapport de l’EUMC2 a mis l’accent sur la situation dans les Etats membres de l’Union européenne et a tenté d’apprécier les aspects davantage structuraux de la discrimination. Il concluait que de nombreux musulmans faisaient l’objet d’une inégalité de traitement dans les pays de l’Union européenne, que ce soit du point de vue de l’emploi, de l’éducation ou du logement. Ce sont plus particulièrement les jeunes musulmans qui sont confrontés à des obstacles majeurs pour gravir l’échelle sociale.

• Les tests effectués pour évaluer les inégalités de traitement au Royaume-Uni et en France ont montré que les personnes qui portent des patronymes à consonance musulmane ou qui sont originaires de pays où les musulmans sont majoritaires ont beaucoup moins de chance d’être convoquées pour un entretien d’embauche. Le taux de chômage parmi les musulmans dans plusieurs pays de l’Union européenne est très significativement supérieur à celui des personnes qui pratiquent d’autres religions.

• Les statistiques disponibles montrent que les musulmans sont également défavorisés par le système éducatif ; les résultats scolaires des élèves musulmans sont moins bons que ceux constatés pour les autres groupes. Ce phénomène peut s’expliquer en partie par des facteurs autres que ceux qui touchent à la religion – le chômage, la pauvreté, la langue ou le statut d’immigré, par exemple – mais il contribue très nettement à la persistance du cercle vicieux dans lequel s’inscrit la marginalisation sociale.

• Le logement est un autre problème. Les migrants – y compris ceux en provenance de pays où les musulmans sont majoritaires – occupent généralement des logements plus pauvres et moins sûrs que d’autres segments de la population. Et ce phénomène, à son tour, a une incidence sur l’éducation et les possibilités d’embauche.

En conséquence, nous devons :

* faire légiférer nos politiques sur la question de l’islamophobie, qui doit être pénalement punie comme l’antisémitisme. Il ne doit exister aucune hiérarchisation des racismes.

* prendre les mesures nécessaires pour la surveillance des crimes motivés par les préjugés et la collecte des statistiques sur les faits et les circonstances correspondants.

De nombreux pays manquent en effet des informations nécessaires parce que les pouvoirs publics ne font pas preuve de la détermination suffisante. L’Observatoire Européen des phénomènes racistes et xénophobes de l’UE – le précurseur de l’Agence des droits fondamentaux de l’Union européenne – a signalé en 2006 que sur l’ensemble des pays de l’Union, seuls la Finlande et le Royaume-Uni disposaient d’un système de collecte de données sur les crimes racistes qui puisse être qualifié de ‘complet’.

En 2007, la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance (ECRI) a publié des lignes directrices pratiques pour aider les Etats membres à surveiller ce type de crimes et à les soumettre à des enquêtes efficaces[3].

* résister contre la « guerre au terrorisme » inspirée par les Etats-Unis et qui a considérablement aggravé la situation des musulmans en Europe (voir rapports de suivi élaborés par l’ECRI dans les pays qu’elle visite).

La lutte à outrance contre le terrorisme a été à l’origine d’un style de discours politique empreint de racisme et de xénophobie et, notamment, de sentiments hostiles à l’égard des musulmans.

* dénoncer les contrôles d’identité répétés et les perquisitions qui ont visé, dans une large mesure, des musulmans ou des personnes dont l’aspect pouvait laisser penser qu’elles étaient originaires de pays musulmans ou d’Asie du sud.

Ce comportement, à son tour, a été interprété par certains extrémistes de droite comme un encouragement à leur propagande xénophobe tandis que, dans le même temps, les musulmans se sentaient un peu plus « victimisés ». Cet effet collatéral de la politique de lutte contre le terrorisme doit être corrigé en priorité.

Ce n’est que par la lutte du racisme, des préjugés, des discours islamophobes et par le refus des interventions qui vont à l’encontre du droit international ainsi que la mise en place de politiques internationales plus justes et respectueuses des autres que nous viendrons à bout des tensions actuelles.

De même, continuons de résister contre les violations des libertés civiles vécues par les membres des communautés musulmanes ou ceux qui les soutiennent et protégeons la liberté d’expression.

Saïdi Nordine

29 novembre 2009

1Les électeurs suisses n’étaient pas uniquement appelés à se prononcer sur l’interdiction des minarets, dimanche 29 novembre. A l’occasion d’une autre votation populaire, organisée à l’initiative d’un mouvement anti-militariste, le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA), ils ont refusé par plus de 68 % des voix d’interdire l’exportation d’armes et matériel de guerre.

2 «Il existe des discriminations à l’encontre des musulmans en Europe»

http://www.coe.int/t/commissioner/Viewpoints/070122_fr.asp

3 (Recommandation de politique générale n° 11 de l’ECRI sur la lutte contre le racisme et la discrimination raciale dans les activités de la police, 29 juin 2007, section III.)

Spread the love

Laisser un commentaire