Racisme : la Belgique qui perd

Racisme : la Belgique qui perd

Dans la même semaine, les dérapages condescendants de Pauwels, Vermeiren (RTL-TVi) et Willemarck (Beci) ainsi que la très probable bavure policière contre une famille d’origine marocaine ont confirmé la prégnance du racisme institutionnel. Sujet tabou et absent du débat médiatique depuis des décennies; tant les incantations à « la diversité », les odes au « vivre-ensemble », semblent suffire comme outils de lutte antiraciste dans une Belgique francophone, décidément, « formidable »…

Lire la suite

Pour Ali Aarrass

Ali, j’ai honte

 

 

Un homme risque de mourir. Il s’appelle Ali Aarrass. Emprisonné depuis cinq ans pour un crime qu’il n’a pas commis. Torturé dans une geôle de la dictature marocaine sous l’œil complice de la « démocratie » belge. Oui, Ali est Belge d’origine marocaine. Cela suffit pour être considéré comme un « terroriste » même s’il a été innocenté en 2009 par le juge antiterroriste Balthazar Garzon … Poussé à bout par ces tortionnaires marocains, abandonné par l’État belge, Ali a décidé d’entrer en grève de la faim et de la soif. A l’heure d’écrire ces lignes, c’est son vingtième jour sans nourriture ; son sixième sans boire.

Lire la suite

Allez-vous faire « intégrer » !

20.000 soutiens Trullemans

Trullemans & Co : allez-vous faire « intégrer » !
Par Olivier Mukuna, le 13/05/13

Le fond de l’affaire Trullemans n’aura surpris que celles et ceux qui adorent découvrir la lune. En revanche, son évolution fulgurante vers un débat médiatique autour de l’éventuelle légitimité populaire à exprimer « ce que tout le monde pense tout bas » est incontestablement neuf en Belgique francophone.

Le coming out à épisodes de l’ex-présentateur météo de RTL-TVI constitue le symptôme d’un mal profond, minant la plupart des pays européens. Belgique, en tête de peloton. Sous couvert d’islamophobie ou d’aversion envers la religion musulmane, le vieux racisme anti-arabes est en expansion chez nous et en tentatives, toujours plus agressives, d’arracher sa « liberté de parole ». D’année en année, de crise en crise, la haine des arabo-musulmans, Belges ou étrangers, ne se contente plus du domicile, des bistrots, des couloirs de l’entreprise, de l’école ou des médias. Elle veut avoir pignon sur rue et légitimité médiatique. Tout en rejetant – mauvaise foi opportuniste oblige ! – l’accusation infamante de racisme…

Lire la suite

La négrophobie ou le plus accepté des racismes

black_power

 

 

Même au sein de la classe politique belge, beaucoup ignorent jusqu’à la définition du terme. Alors sa réalité institutionnelle dévastatrice pour nombre d’individus et de familles depuis des décennies … Né-gro-pho-bie ! Cette peur-rejet du nègre insufflée par le racisme bénéficie d’une invisibilité sociopolitique. Complète, voulue, entretenue. Tandis que les mots « islamophobie » et « homophobie » font partie du langage courant, la « négrophobie », elle, végète au fond d’un lac de résignation et d’indifférence « bien de chez nous ». Normal, dans un pays qui rejette obstinément tout vrai débat médiatique sur son lourd passif colonial ? Normal, dans un pays où la Justice et les médias élèvent le torchon raciste  Tintin au Congo  au rang d’œuvre culturelle intouchable ? Normal, dans une société qui consolide une hiérarchisation raciale et paternaliste au bas de laquelle les personnes d’origine africaine sont sommées de « rester à leur place » ? Maximin Emagna ne le pense pas. Politologue et activiste, il lutte depuis plus de 10 ans contre la négrophobie en Europe. Dans une lettre ouverte, diffusée le 20 mars dernier, il interpellait le Premier ministre Elio Di Rupo, les Ministres-présidents et les présidents de partis sur leur inaction en la matière. Quinze jours plus tard, c’est l’habituel silence politique et médiatique… Parce que combattre toutes les formes de racisme demeure un repère journalistique, FDC a choisi de relayer plusieurs extraits de cette lettre ouverte (*).

Lire la suite

Quatrième censure du débat sur la Burqa pride

Par Olivier Mukuna, le 16/03/13 Mardi 12 mars, le débat interdit par l’ULB sur les conséquences de la Burqua pride a encore été censuré … Cette fois à l’initiative du Conseil d’Administration de l’asbl CEMôme dont font partie la Bourgmestre (maire) ff de Saint-Gilles, Cathy Marcus (PS), Alain Hutchinson (PS), président, Jean Spinette (PS), trésorier, et Philippe Delfosse (PS), administrateur-délégué. L’asbl CEMôme avait initialement loué sa … Lire la suite

Quand Bruxelles censure Dieudonné

 

Une première européenne : la police bruxelloise a empêché manu militari le spectacle de l’humoriste Dieudonné ! Malgré l’absence de violences ou   « d’incitations à la haine », des moyens répressifs disproportionnés ont été déployés : dix fourgons, une autopompe anti-émeutes, plus d’une centaine de policiers ! A la clé : menaces de tabassage et d’arrestation de 300 spectateurs si la représentation se poursuivait …  A la lumière d’un manifeste censuré d’Albert Camus (1), voici l’unique reportage de cette soirée hallucinante. En opposition à une désinformation médiatique qui masque  une question centrale : laisserons-nous écraser nos libertés par le lobby pro-israélien et sa police politique ? 

Lire la suite

De quoi la Burqa pride est-elle le nom ?

De quoi la Burqa pride est-elle le nom ?

Une hystérie politico-médiatique aux relents racistes et islamophobes vient de secouer la Belgique francophone. En cause : une « Burqa pride » organisée par un collectif de militants à l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Fallacieusement décrits comme des « intégristes islamistes », ces «  assassins de la démocratie  » ont commis un abominable crime : chahuter une tribune donnée par l’ULB à la journaliste française Caroline Fourest. Désigné comme l’instigateur du chahut, Souhail Chichah, chercheur à l’ULB et Belge d’origine marocaine, est devenu en 24 heures « l’ennemi public n°1 » des libertés démocratiques. Son licenciement est exigé à grands cris par plusieurs élites du pays. Depuis le 22 février, il fait l’objet d’une fulgurante « instruction disciplinaire » visant « une suspension d’un mois ou le renvoi pur et simple » … Cette diabolisation ahurissante confirme le règne d’un « deux poids deux mesures » structurel dans nos sociétés francophones. Selon que vous soyez essentialisé « blanc » ou « arabe » et « noir », votre droit à la contestation pacifique sera ou non criminalisé.

Lire la suite

« Dégage, sale nègre ! » ou le continuum colonial

Depuis plus d’un mois, les Congolais de Belgique manifestent contre la réélection truquée du dictateur Joseph Kabila en RDC. D’interdictions officielles en tolérances quadrillées, le droit de protester leur est désormais refusé sur Bruxelles. Déni de droit qui s’est doublé d’une nouvelle agression de Belges d’origine congolaise par des policiers fous furieux. Le « crime » de Cathy et Julie Mubenga ? Avoir manifesté ? Avoir commis des déprédations ? Incendié une voiture ou détruit une vitrine commerciale ? Non : être « nègres » au mauvais endroit, au mauvais moment ! Coup de projecteur sur cette sauvagerie policière négrophobe bénéficiant d’une totale impunité politique …

Lire la suite