Avec Egalité et Les Indigènes de la République

Avec Egalité et Les Indigènes de la République

http://p1.storage.canalblog.com/19/05/469121/69196080.jpg

Le texte qui suit part d’une situation d’expérience se produisant en Belgique. Ne croyez en rien que les problématiques qui s’y révèlent devraient se confiner à ce seul royaume. Elles concernent au contraire, je pense, toute les forces disons « de gauches réelle », ayant réellement soif de justice et de changement radical dans tous les royaumes – seraient-ils officiellement républicains – d’Europe de l’Ouest. En revanche, ce texte n’engage que moi-même. Je ne fais pas partie d’Egalité, et ce n’est que moi, Jérémie Piolat – « réfléchisseur » sur le colonialisme comme phénomène universel –  qui m’exprime dans ces lignes rapides.

Pour dire vite, Egalité est un parti belge, de Bruxelles, et également une association, à forte composante musulmane et « indigène » (au sens où l’entend le Parti des Indigènes de la République en France).

Depuis quelques temps j’entends ça et là, dans divers milieux de gauche, différents bruits sur Egalité et notamment son porte parole Nordine Saïdi :

« Ils ne seraient pas clairs » ; « certaines personnes au sein d’une manifestation pro palestinienne auraient crié des slogans antisémites » ; « ils sont communautaristes (mais néanmoins influencés par certains staliniens) » ; « ils ne s’adressent qu’aux musulmans ».

Dernière matière à scandale en date : l’affiche pour la manifestation du 25 novembre 2012 contre l’attaque menée par l’armée israélienne sur Gaza.

Il y a sur cette affiche des Arabes portant un pijama rayés rappelant les camps d’extermination nazis.

La ligne rouge serait donc franchie ? : on a osé comparer Israël aux nazis !

Mais est-elle réellement franchie cette ligne rouge ? Ou certains ne sont-ils pas en quête de son apparition que pour justifier leur désengagement définitif ?

On est tout à fait en droit de n’être absolument pas d’accord avec ce rapprochement entre les Juifs dans les camps de la mort et les Palestiniens dans les ghettos… Les ghettos de quoi d’ailleurs ? De la vie ? De la misère ? De la mise sous terreur ? Du bombardement au phosphore ? De l’empoisonnement ? Du pourrissement répété inlassablement de l’existence ? Du refuge obligé pour un peuple chassé de sa terre, de ses terres ?

Personnellement je n’ai jamais fait ce rapprochement. Je n’ai pas besoin de dire ou de penser ou de croire qu’Israël commet un génocide pour condamner ses crimes et lutter pour les Palestiniens.

Mais cela ne me donne pas envie pour autant de rayer d’un trait la valeur de ce que fait Egalité.

Il y certaines formules d’Egalité ou des ses portes parole avec lesquelles on peut ne pas être d’accord. Egalité a-t-il prôné pour autant l’interdiction de s’exprimer sur la question, de le dire ? Non.

Aussi, je me permets de poser les questions suivantes aux désabusés parfaits si certains de détenir la bonne manière d’agir et parler qu’ils n’arrivent à s’engager nul part :

Sommes-nous là pour faire les comptes des erreurs (ou fautes) de ceux qui agissent, ou pour construire ? Ne serions-nous pas en train de chercher de la matière pour ne pas nous engager quand d’autres le font ?

Car qui s’engage au quotidien pour la Palestine aujourd’hui ?

Qui mène la campagne de boycott des produits israéliens (le boycott étant une arme pacifique, qui pourra forcer l’état israélien à cesser de rogner, pour financer ses guerres, sur tout investissement social en Israël, crèches, éducation, soins, etc…) ?

Qui se bat depuis plus de deux ans pour dénoncer l’anti-terrorisme, ses extraditions, ses cachots, ses tortures ?

Qui fait des campagnes pour trouver des couvertures pour les SDF ?

Qui soutient les immigrés roms à la rue ?

Qui dénonce le manque de droits accordés aux dits handicapés ?

Qui se bat contre le néo indigénat en Belgique et en Europe ?

Qui se bat contre l’Islamophobie et la Romophobie ?

Et où sommes nous ? Pourquoi cela devrait-il être un combat de musulmans ou d’indigènes ? Et à qui la faute ?

Qui a trouvé les moyens malgré l’absence de moyens, et les procès ruinant, de louer un local au cœur de Bruxelles et d’y organiser des rencontres très souvent passionnantes avec Eric Hazan, les Indigènes de la République, et tant d’autres ?

Qui organise des cours d’alphabétisation et de soutien scolaire gratuits pour les habitants des quartiers (comme on dit) ?

Dans tout cela, vous trouverez de prés ou de loin Egalité !

Qui a fait mieux ? Qui jusqu’à présent et surtout aujourd’hui sait faire preuve d’une telle polyvalence ? Et où sommes-nous ? Nous avons des remarques, des questions, des critiques ? Faisons-les entendre. Mais ne devrions-nous pas d’abord, je pose la question, tirer notre chapeau à cet engagement si riche, si polyvalent, si généreux ?

Où sommes-nous ?

Nous voudrions qu’Egalité ne soit pas si communautaire ? Pourquoi ne nous rapprochons-nous pas d’eux pour apporter notre langage à la fondation d’un langage d’unité élargie ?

On reproche parfois aux musulmans d’islamiser la cause palestinienne. Et pour cause ! Où sont les autres ?

Si les Musulmans ressentent l’importance de la lutte palestinienne c’est parce qu’ils y voient dans certains traitements médiatiques les signes d’un mépris qui ne leur est pas étranger.

Il ne s’agit pas forcément de rentrer dans Egalité, mais de nous rapprocher, de fréquenter les multiples évènements, actions qu’ils ne cessent de renouveler. Il ne s’agit pas de rejoindre Egalité pour leur apprendre à utiliser les bonnes formules. Il s’agit d’abord, selon moi, de reconnaître ce qui a été et est fait et de nous y intégrer.

Alors chacun pourra faire entendre son point de vue.

De ce  que je connais d’Egalité, je dirais que j’ai rarement vu un ensemble aussi assoiffé de rencontres, de discussions, d’échange.

Devons-nous nier ce qui se passe là ? Et tenter de fonder à zéro un nouveau mouvement, une énième structure que nous ne fonderons jamais ? Devons-nous attendre que se crée sans nous la structure idéale pour agir, nous mobiliser ? Ou plutôt, sommes-nous complètement résignés et alors nous contentons-nous de compter les erreurs des autres pour trouver de la justification à notre désabusement triste et fatigué ?

Qu’il vente, qu’il pleuve, qu’ils soient épuisés, des membres d’Egalité sont toujours là quelque part pour quelque combat, quelque hommage, quelque travail de maintien de la flamme résistante.

L’engagement a un coût. Serait-ce de cela que nous avons peur ? Ne craignons pas la question.

Où est le problème avec Egalité en fait ? Pensez-vous que ces formulations qui vous posent problème sont fermées sur elles-mêmes ? Qui vous a dit cela ? Etes-vous aller voir ?

A ceux pour qui le génocide juif reste un référent central, je voudrais dire ceci : rapprochez vous de ceux qui luttent pour la Palestine et contre le néo indigénat et faites entendre ce que signifie la mémoire de ce génocide et le langage qui en découle.

Pour ma part, j’ai grandi nourri à la mémoire du génocide juif. C’est la connaissance du génocide juif qui m’a appris à souffrir avec la souffrance, à avoir de l’empathie pour tout peuple colonisé (y compris nous les européens occidentalisés) et à avoir envie de me battre. C’est le génocide des juifs qui m’a appris à vouloir connaître dans ses détails la colonisation de l’Algérie, de l’Afrique, la traite négrière, et l’immigration coloniale. C’est aussi d’abord la mémoire du génocide juif qui m’a conduit à prendre parti tout naturellement pour les Palestiniens.

Je suis surpris d’ailleurs de voir parfois certains groupes sionistes extrémistes prendre pour nom La Ligue de Défense des Juifs. Il y a dans cette LDJ autant de défense des femmes et hommes juifs qu’il y a dans le parti socialiste, par exemple français, de socialisme. La LDJ devrait s’appeler Ligue de Défense de l’Etat d’Israël dans ce qu’il a de plus violemment colonial.

Et pourtant, rien ne me conduit à vouloir couper avec Egalité ou m’en éloigner, ou m’en désolidariser. Bien au contraire.

Alors où est le problème avec Egalité ? Qu’est-ce qui nous, vous, interdit de vous approcher ?

Egalité soutient le projet de l’état commun en Palestine, avec arabes et juifs. Est-ce un problème ? Y a t-il du racisme dans cela ? N’est-ce pas plutôt absolument le contraire ? Puisque cet état commun serait fondé sur une base politique et bi culturelle, et bi linguistique et non sur une base ethnique pseudo religieuse.

Etiez-vous là pour entendre le projet de création d’une ANC en Palestine luttant contre l’apartheid, entre palestiniens et israéliens ? Cela se passait dans les locaux d’Egalité.

Face à l’engagement auquel j’assiste depuis plus de deux ans, j’ai envie de dire ceci à ceux et celles qui évaluent de loin et donnent les bons et mauvais points : rapprochons-nous de là où ça se passe ou, au moins, ne devrions-nous pas nous taire ? Non.

Approchons nous tout court.

Jérémie Piolat, auteur, membre du collectif Rap Arabo Andalou, Hydra

http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index-Portrait_du_colonialiste_-9782359250503.html

http://www.youtube.com/watch?v=badGB-8wkdc

http://hydra.propagande.org/

http://www.dailymotion.com/video/xhhx27_hydra-mohamed-bouazizi-0001_news?search_algo=2

 Du même auteur :

 Les pauvres, entre mépris et dignité – Faire renaître les cultures populaire
La colonisation a commencé ici
Présentation du livre ” Portrait du colonialiste ”
houri

Laisser un commentaire