Le statut précaire des Marocains de Belgique

Le statut précaire des Marocains de Belgique

L’étude réalisée par la Fondation Roi Baudouin, en collaboration avec l’Université de Rabat, auprès de la population d’origine marocaine vivant en Belgique souligne la précarité de leur statut socio-économique. L’identité religieuse l’emporte sur toutes les autres.

Ainsi, 31,7 % seulement des 400 personnes interrogées jouissent d’un contrat fixe ; 5 % exercent des travaux temporaires ; 21 % bénéficient du chômage et 5 % ne reçoivent pas d’allocations. Les personnes interrogées évoquent surtout les discriminations à l’embauche pour justifier leurs difficultés d’insertion sur le marché de l’emploi.

La proportion des femmes exerçant une activité professionnelle est sensiblement plus faible que celle des hommes (38,3 % contre 55,4 %). La proportion des femmes belgo-marocaines sans emploi est aussi supérieure à celle des hommes (33,3 % contre 28,7 %). La proportion des femmes inactives (pour raisons familiales ou autres), en marge du marché de l’emploi, s’élève à 62 %. Par ailleurs, la proportion des femmes nées au Maroc et exerçant un travail (22 %) est plus de deux fois inférieure à celle des femmes nées en Belgique (46 %).

Les personnes récemment naturalisées sont souvent marginalisées sur le marché de l’emploi ou débusquent des petits boulots et des… petits salaires. Du coup, certains Belgo-Marocains se tournent vers le travail au noir pour survivre, tout en bénéficiant des allocations de chômage. Comme le confirme une des personnes interrogées dans l’étude : « J’habite près de Liège. La plupart des Marocains sont au chômage… Les gens, dès qu’ils touchent des allocations du chômage, arrêtent de travailler, parce qu’un maçon qualifié touche 1.500 euros et un chômeur, chef de famille, en touche 1.200. Je connais des parents qui passent leur journée au café… ».

Ces difficultés d’insertion sur le marché du travail se répercutent sur le niveau de vie des Belgo-Marocains (lire ci contre).

Une proportion importante des ménages interrogés entre dans la catégorie de la population dite « à risque de pauvreté » – détenteurs d’un revenu égal ou inférieur à 860 euros par mois. Plus de la moitié (53 %) des Belgo-Marocains vivrait ainsi sous le seuil de pauvreté dans notre pays. Avec des disparités régionales : leurs revenus sont les plus élevés en Flandre, les moins élevés en Wallonie.

Les problèmes les plus fréquemment évoqués par les personnes interrogées, outre le chancre du chômage, sont liés à l’identité ethnique et religieuse : le fait d’être traité comme étranger (lire ci-contre) est la critique la plus fréquemment avancée.

Le manque de respect à l’égard de leur religion et l’inadéquation des valeurs morales avec les leurs sont aussi largement mis en avant.

Les personnes interrogées pointent, au Maroc, les institutions religieuses, devant la Monarchie, comme étant les deux institutions les plus dignes de leur confiance. En Belgique, ce sont les mosquées qui trônent largement en tête de leurs suffrages, relevant l’importance majeure qu’ils accordent au religieux.

L’identité religieuse

Au-delà de l’identité nationale, l’identité religieuse l’emporte sur toutes les autres : plus d’un tiers (36 %) des sondés répond sans hésiter qu’ils préfèrent d’abord être reconnus comme musulmans. 68 % déclarent essayer d’obéir aux préceptes religieux. En dépit du fait que la majorité des personnes interrogées a la nationalité belge, 7 % seulement manifestent le besoin de s’identifier à notre nationalité.

Parmi les 400 personnes interrogées dans cette large enquête, 68 % ont rejoint un des membres de leur famille qui avait immigré en Belgique. Les 32 % restants sont arrivés les premiers dans notre pays. Et l’étude relève que les membres de la deuxième génération se disent plus heureux que ceux de la première génération.

D’une manière générale, le modèle traditionnel du ménage – le couple marié avec enfants – s’effrite au profit du célibat ou de la cohabitation. Dans l’échantillon de l’étude, 55 % des Belgo-Marocains n’ont pas d’enfants ; parmi les 45 % restants, moins de la moitié a en moyenne 1 à 2 enfants, 30 % 3 à 4 enfants et 7 % 7 enfants ou davantage.

On notera que les Belgo-Marocains privilégient le mariage non mixte au mariage mixte. L’idée que les hommes et les femmes épousent des personnes qu’ils font venir de leur pays d’origine est approuvée par plus de 50 % des personnes interrogées. La majorité d’entre elles (62 %) s’opposent au mariage d’une femme musulmane avec un non-musulman et 45 % n’admettent pas que les hommes se marient à une non-musulmane.

29 % des Belgo-Marocains sont propriétaires de leur logement en Belgique, contre 52 % qui sont locataires et 15 % vivant dans le logement familial.

Si une minorité de l’échantillon a acquis un logement en Belgique, 60 % sont en revanche propriétaires d’un bien au Maroc.

DIRK VANOVERBEKE
mercredi 24 juin 2009
Source: www.lesoir.be

Spread the love

Laisser un commentaire