Macron, le négrophobe assumé

Macron, le négrophobe assumé

 Olivier Mukuna·mardi 17 avril 2018

 

Beaucoup de choses à analyser et commenter suite à l’entretien, entre le général Macron et le duo Bourdin (BFMTV) – Plenel (Mediapart), qui a eu lieu ce 15 avril à Paris. Tellement de choses, sur chacun des thèmes abordés (1), que cela mériterait différents articles (si les journées n’avaient pas que 24 heures et que ces prods aux accents insolents avaient la moindre chance d’être rémunérées)…

Sur le fond journalistique, reconnaissons que le pari est réussi : ce fût l’entretien présidentiel le plus offensif depuis la naissance du genre sous l’ORTF de Charles de Gaulle. Exploit qui ne rajeunira personne mais délivre un bon point à l’actuel monarque quadragénaire, sélectionneur des 2 intervieweurs sexagénaires, reconnus pour ne pas passer les plats ou cirer les pompes des pouvoirs institués. Profil qui ne court pas les plateaux de radios-télés. Bref, complètement éclipsé le somnifère Pastis-Pernaut diffusé le 12 avril dernier sur TF1 !

Sur le fond sociopolitique, contrairement au duo 100% masculin et blanc comme aux «décryptages» des éditocrates masculins et féminines 100% blancs, plaçons le projecteur là où personne ne l’a mis. Soit sur cet extrait précis du discours d’Emmanuel Macron :

« Nous avons un phénomène migratoire qui est là et qui va durer. Il va durer parce qu’il y a des conflits géopolitiques, parce qu’il y a des situations climatiques, parce qu’il y a de la grande pauvreté qui s’est installée en Afrique… Et une démographie africaine, qui est là, qui est une bombe, il faut bien le dire. Votre collègue Stephen Smith l’a formidablement décrit dans un livre récent… » (2).

Au-delà du fait que l’hypnotiseur présidentiel réifie des phénomènes géo et sociopolitiques qui découlent de décisions d’hommes de pouvoir (et non d’un hasard sans commanditaires ni bénéficiaires), « il faut bien le dire » : l’africaniste et prophète raté Stephen Smith n’était certainement pas à citer sur le thème de la démographie africaine. Car il y a bientôt 15 ans, le même Stephen Smith prédisait « le suicide du continent africain » dans un livre, scandaleux de négrophobie, intitulé « Négrologie – Pourquoi l’Afrique meurt».

La « Une » de l’hebdo belge Le Journal du Mardi, datée du 2 décembre 2003.

 A l’époque, pour Le Journal du Mardi, j’avais interviewé cet idéologue franco-américain, plus proche du colon débridé que du journaliste équilibré.

Avec aplomb et un regard bleu-acier, Stephen Smith affirmait « revendiquer pour l’Afrique un amour sans pitié » ; martelait que le continent « qui se suicide » ne connaissait «aucune solidarité » ; exigeait des Africains qu’ils cessent « ce chantage au meurtre de masse et penser que le monde va s’occuper de vous parce que vous allez jusqu’à cette extrémité » ; ou encore que le supposé suicide continental, « principalement imputable aux Africains », était « assisté par l’Occident qui feint de ne pas le voir »…

 

Près de 15 ans plus tard, pour paraphraser un ex-président de la République, cette sombre prophétie a fait « pschiiit ». Aux antipodes du suicide et malgré la persistance de guerres et de conflits régionaux, nombre d’études prévoient un doublement de la population africaine ! Celle-ci devrait passer de l’actuel 1,2 milliard d’habitants à 2,5 milliards d’ici 2050 (3). Unlucky, bwana Smith : le « suicide » de l’Afrique semble reporté sinon avorté.

En 2003, Stephen Smith reprochait aux Africains de « s’être enfermés dans une prison identitaire » et d’avoir « ajouté à leurs handicaps historiques un supplément d’auto-damnation »… Exigeant d’eux qu’ils cessent de « poursuivre ce chantage au meurtre de masse […] pour obtenir un levier sur l’extérieur », le polémiste affirmait aussi que « il ne faut plus surestimer » l’Occident qui soutient des dictateurs africains corrompus, garants de leurs intérêts sur le continent.

Avec cette « humilité », caractéristique du journaliste français qui se trompe, Smith a choisi de capitaliser sur l’amnésie concernant ses élucubrations afro-suicidaires. Il a donc publié un nouveau torchon qui dit le contraire de ce qu’il affirmait il y a 15 ans. Logique. Pour rappel, en Europe, et plus largement en Occident, un africaniste blanc peut déblatérer les pires inepties comme les plus ignobles monstruosités sans risquer une mise à l’Index ou une mort socioprofessionnelle.

Selon l’ex-salarié de Libération et du Monde : l’Afrique ne va donc plus « se suicider » mais émigrer. Où cela ? En Europe, évidement ! Tentant de surpasser un Zemmour, qui hurle alternativement à « l’islamisation de l’Europe » ou au « suicide français », Smith, désormais « professeur d’études africaines » aux USA, jure que « l’Europe va s’africaniser » ! (4) Sur la base d’une accélération migratoire « inscrite dans les faits » et selon sa propension à interpréter de façon biaisée les chiffres pour les faire correspondre à ses obsessions.

Bien sûr, ce nouveau délirium négrophobe, estampillé Smith sans Wesson, ne tient pas compte des croissances économiques durables de plusieurs pays africains (Nigeria, Afrique du Sud, Angola, Zambie, Botswana ou Namibie) ni du fait que, dans le Top 10 mondial des plus fortes croissances 2018, six pays sont d’Afrique subsaharienne (5) ou encore, de certains mouvements migratoires variables d’Europe vers l’Afrique. A l’image de celui de près de 200.000 Portugais qui ont émigré vers l’Angola entre 2006 et 2015 (en reflux depuis la crise pétrolière de 2016) ; une immigration qui a démarré 4 ans seulement après la fin de la guerre civile ayant ravagé, 30 années durant, ce géant pétrolier lusophone d’Afrique australe (6).

En 2003, Stephen Smith affirmait que l’Occident avait « la responsabilité » de « dire la vérité » aux Africains : « Vous êtes en train de vous suicider collectivement ! »… 15 ans après cette prédiction digne d’un Paco Rabanne, le polémiste franco-américain n’a pas décidé de se suicider individuellement mais d’écrire un autre pamphlet.

C’est donc sur une prédiction zemmourienne (7) qu’a bondit Macron comme un trader sur les variations matinales de Wall Street. Celui que nombre d’Européens prennent pour un leader moderne et antiraciste du 21ème siècle, une sorte « d’Obama blanc », confirme pourtant, par ses lectures « récentes », ses déductions et ses choix politiques, sa négrophobie foncière. Exprimant, plus ou moins spontanément, une suite de mépris et d’infériorisation de toute velléité d’émancipation ou d’autodétermination émanant de pays africains francophones.

Qui se souvient de la cruelle « plaisanterie » du monarque au sujet des kwassa-kwassa, ces embarcations de fortune utilisées par les migrants de l’archipel des Comores qui, souvent, se noient en mer sur les 70 kilomètres qui séparent les Comores du département français de Mayotte ?

Qui se rappelle de l’arrogance du président français lorsque celui-ci a invoqué « un défi civilisationnel » pour fustiger la moyenne de fertilité de la femme africaine (8) ? Ou lorsque, encore sur le dossier migratoire, dans la capitale du Burkina-Faso, Macron a réduit et généralisé les passeurs et trafiquants aux seuls Africains (9) ?

Ignorant la présence d’une caméra de télévision, le monarque Macron se laisse aller, début juin 2017, à un trait « d’humour » macabre et négrophobe, animalisant les Comoriens qui cherchent à rejoindre l’île départementale française de Mayotte, à bord de frêles embarcations (les kwassa-kwassa), au péril de leurs vies…

Chef de guerre colonialiste violant le droit international en Syrie en association avec d’autres malfaiteurs étatiques occidentaux ; premier des « premiers de cordée » du vampirisme financier qui provoque de légitimes résistances dans les services publics, les universités ou les ZAD ; écologiste d’opérette qui met gravement en péril l’environnement en vendant à l’Inde six réacteurs pour la construction de la plus grande centrale nucléaire au monde, située en zone sismique (10) …

En même temps, face aux téléspectateurs et internautes français ce 15 avril, Emmanuel Macron a estimé « bien » d’amalgamer la démographie africaine à une « bombe ». Et les 45 millions d’Africains assassinés, sur 4 siècles de Traite négrière occidentale, premier commerce d’êtres humains mondialisé au sein duquel l’Etat français fût un acteur si « compétitif » : c’était quoi ? Un pétard mouillé ?

En citant Stephen Smith, pour tenter d’asseoir son propos et séduire 2 journalistes non africanistes, Macron a fait du Sarkozy. En pire. Car comment peut-on accoler l’adverbe «formidablement» à la dernière prod d’un des plus pervers désinformateurs négrophobes de langue française ? Véritable Janus colonialiste, névrosé incurable de l’inversion accusatoire, disqualifié dès 2005 par le trio Diop-Tobner-Verschaeve (11) dans leur essai étincelant, non médiatisé et judicieusement intitulé : « Négrophobie ».

Olivier Mukuna·mardi 17 avril 2018

(1) Entretien intégral : https://www.youtube.com/watch?v=mt0as7x-kfs

(2) A partir de 52 minutes ; 0 secondes : https://www.youtube.com/watch?v=pdRV5r8br1U

(3) http://www.lemonde.fr/demographie/article/2017/09/20/la-population-de-l-afrique-devrait-doubler-d-ici-2050-quadrupler-d-ici-2100_5188094_1652705.html

(4) http://www.jeuneafrique.com/539823/societe/stephen-smith-leurope-va-safricaniser-cest-inscrit-dans-les-faits/

(5) [Ghana, Ethiopie, Côte d’Ivoire, Djibouti, Sénégal et Tanzanie ] ; https://www.courrierinternational.com/article/6-des-10-pays-la-plus-forte-croissance-en-2018-sont-africains

(6) http://afrimag.net/angola-nouveaux-colons-portugais/

(7) On ne le rappelle jamais assez : lors de la Coupe du monde de football 2014 au Brésil, le prophète Eric Zemmour a prédit que l’équipe d’Allemagne – je cite : « depuis qu’il y a des Turcs, etc. » – allait « perdre contre le Brésil » en demi-finales et serait donc éliminée par manque de « dolichocéphales blonds » … Résultat : l’Allemagne multiculturelle à humilié le Brésil à domicile en gagnant la demi-finale par un historique 7 buts à 1 … Ensuite, la Manschaft est devenue Championne du monde en battant, en finale, l’Argentine 1 à 0. Plutôt que de chercher l’honneur, japonais, du Samouraï et se suicider à l’abri des regards, le courageux Zemmour a préféré entamer l’écriture d’un nouveau torchon raciste ; https://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/eric-zemmour-prend-les-paris-l-45921

(8) http://www.lemonde.fr/afrique/article/2017/11/30/macron-les-femmes-et-l-afrique-un-discours-de-selection-sexuelle-et-de-triage-colonial_5222794_3212.html

(9) http://www.montraykreyol.org/article/le-probleme-cest-bien-vous-monsieur-macron

(10) http://www.amisdelaterre.org/Inde-et-nucleaire-Macron-go-back.html

(11) http://www.arenes.fr/livre/negrophobie/

 

Spread the love

Laisser un commentaire