Du bon usage de la laïcité

Du bon usage de la laïcité

23 octobre 2007

Du bon usage de la laïcité

Par Marie Liégeois

http://reflexions.ulg.ac.be/cms/c_16089/du-bon-usage-de-la-laicite

Dans le livre «Du bon usage de la laïcité» (1) (éditions Aden), treize auteurs, réunis par Marc Jacquemain de l’Université de Liège et Nadine Rosa-Rosso s’inquiètent de voir se développer en Belgique, un peu à l’imitation de la France, des poussées de fièvre «laïciste» qui semblent surtout refléter les stéréotypes à l’égard de l’Islam de plus en plus présents dans le «sens commun» de nos sociétés. Contre cette dérive possible de la laïcité, les auteurs ont tenté, à partir de positions philosophiques différentes, de proposer de manière convergente une version plus positive de la laïcité, comme garante de la neutralité des choix philosophiques ou religieux de chacun. «Réflexions » a passé en revue cet ouvrage pour tenter d’en isoler les éléments marquants et contribuer ainsi à ouvrir le débat sur un thème de société bien actuel.

COVER LaïcitéPrintemps 2007. Une pétition circule, parmi d’autres, en faveur de l’interdiction du port du foulard à l’école par les jeunes filles musulmanes. Intitulée «La place des convictions philosophiques à l’école», cette pétition ne recueille l’assentiment ni de Marc Jaquemain, professeur de sociologie à l’ULg, ni de Nadine Rosa-Rosso, professeur de français, tous deux se définissant comme laïques. Chacun, de son côté, rédige un texte explicatif à ce refus. Mis en contact, Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso, désireux de «faire entendre une voix positive et démocratique» au sein de la laïcité, décident alors de rassembler diverses contributions sur ce thème dans un ouvrage. De nombreux auteurs s’y côtoient, de conviction laïque ou de bords philosophies et religieux divers. Avec un fil rouge : le besoin de réagir, de réaffirmer la primauté de la laïcité politique sur la laïcité philosophique, de dénoncer les obsessions d’une «laïcité bien pensante».

Le malencontreux double sens de «laïcité»

Historiquement, le terme «laïcité» désigne deux concepts différents. Une polysémie malencontreuse qu’il convient d’expliquer, en ce qu’elle constitue le noeud de cet ouvrage.

D’un côté, la laïcité exprime le souci d’indépendance totale, au sein d’une société, entre l’organisation politique de l’Etat et toute option religieuse ou philosophique particulière. Un Etat est «laïque» dans ce premier sens s’il ne reconnaît aucun privilège à une religion ou option philosophique en particulier et prévoit la libre cohabitation des cultes au sein de la société, dans le respect du droit commun. Mais ce mot désigne également un concept tout différent : l’adhésion à une option philosophique particulière, caractérisée par le refus de toute référence à une vérité révélée, ou à l’existence d’entités «surnaturelles» (athéisme, agnosticisme). On parle généralement de « laïcité politique » pour le premier sens et de «laïcité philosophique» dans le second cas.

Toutefois, soulignent les deux directeurs de l’ouvrage, la cohabitation de ces deux significations est malencontreuse et, parfois, contradictoire. On peut donc être laïque au sens politique mais pas au sens philosophique – certains chrétiens, musulmans ou israélites, par exemple. Inversement, on peut être laïque au sens philosophique sans l’être sur le plan politique : ce serait le cas de ceux qui voudraient voir la laïcité philosophique dominer institutionnellement l’espace public et devenir la conception de référence de l’Etat. Or, autant il est possible pour un citoyen d’être laïque dans les deux sens du terme, autant cette situation est impossible à appliquer à un Etat. Dès qu’il se définirait comme philosophiquement laïque, un Etat cesserait en effet de l’être sur le plan politique. Comme le souligne Marc Jacquemain, cette confusion dans la terminologie est dangereuse car elle donne l’impression, au nom de la laïcité, que l’on pourrait imposer l’absence de religion comme position privilégiée.

Affiche Débat FRReste que ce malentendu, néanmoins, semble bien ancré au coeur d’un mouvement de radicalisation d’une frange de la laïcité, que les auteurs disent observer aussi bien en Belgique qu’en France. Une «laïcité de combat» qui rime trop souvent avec un prosélytisme anti-religieux essentiellement dirigé contre l’islam. Aux yeux de Marc Jacquemain, de Nadine Rosa-Rosso et des autres intervenants, il s’agit d’une très mauvaise lutte pour la laïcité. Réaffirmant la primauté de la laïcité politique, en ce qu’elle proclame la neutralité de l’Etat et constitue un rempart contre toute forme d’intégrisme, les auteurs ont tenu à réagir publiquement.

Car, estiment-ils, derrière ce vice de pensée, pointent des dérives: la justification d’une «guerre» d’un Etat contre certains de ses citoyens, un prosélytisme en faveur de l’athéisme, un prétexte moral pour justifier la discrimination à l’égard de citoyens sur le seul critère de la conviction. Bien plus, soulignent-ils, cette «laïcité de combat» risque de servir de justification, sur le plan international, à l’agression, aux menaces et à la guerre, en particulier contre les peuples et nations qui résistent à une occupation étrangère ou s’opposent d’une façon ou d’une autre à l’hégémonie d’une puissance. Un risque qui prend d’autant plus de poids dans un contexte contemporain où se mêlent l’unilatéralisme guerrier américain et la tentation de construire une «forteresse Europe».

Les auteurs de l’ouvrage s’unissent donc, à travers la question du foulard plus particulièrement, pour faire entendre une autre voix laïque, plaidant en faveur des valeurs fondamentales de la laïcité politique: constituer un cadre de pensée pour une société plus juste et plus démocratique, permettre la reconnaissance du pluralisme culturel, bâtir un garde-fou aux certitudes morales, aux généralisations simplistes, aux fantasmes à l’égard des composantes culturelles de la construction européenne. Le «racisme ordinaire» dénoncent les auteurs n’est déjà que trop présent dans la société. «Pour nous, comme laïques, il serait catastrophique que, par défaut de prudence ou de lucidité, d’autres laïques viennent couvrir d’un voile de respectabilité des formes larvées de xénophobie qui ne demandent qu’à se développer», conclut Marc Jacquemain.

Dix arguments laïques contre l’interdiction législative du voile

Le port du voile islamique donne lieu, depuis une quinzaine d’années en France et, plus récemment et modérément en Belgique, à beaucoup d’agitation. On voit ainsi surgir régulièrement des pétitions et manifestes appelant, «au nom de la laïcité», déplore Marc Jacquemain, à l’interdiction du voile dans les écoles, voire les universités ou carrément dans «l’espace public». Parmi ces arguments, certains, notent l’auteur, se révèlent à la limite d’un «racisme à peine voilé». Des raisonnements, poursuit-il, qui ne sont pas endossés par le mouvement laïc en tant que tel mais qui, néanmoins, sont avancés au nom de la laïcité. Ce qui a de quoi rendre perplexe.

Se plaçant dans une conception ouverte de l’espace public et dans un cadre démocratique commun, refusant catégoriquement certaines dérives couvertes par l’étiquette de la «laïcité», Marc Jacquemain épingle dix arguments laïques contre l’interdiction législative du voile.

1. Pas de privilège pour l’athéisme ou l’agnosticisme

La laïcité, en tant que revendication d’une stricte indifférence de la puissance publique à l’égard de toutes les convictions religieuses ou philosophiques, ne peut donner une place privilégiée à l’athéisme et l’agnosticisme, en ce qu’elles constituent des croyances. L’athéisme, par ailleurs, prend lui-même toutes les caractéristiques d’une religion dès lors qu’il s’institutionnalise. La seule exigence de la laïcité politique doit être simplement que l’Etat organise la cohabitation des différentes convictions dans le respect du cadre démocratique décidé en commun.

2. La laïcité est une injonction faite à la puissance publique, pas aux citoyens

Le principe de laïcité protège les citoyens contre la possible partialité de l’autorité publique. Ce qui est par contre indéfendable, c’est d’appliquer ce devoir de réserve aux usagers des services publics, c’est-à-dire aux citoyens eux-mêmes. La logique de neutralité s’en trouve alors complètement inversée et ne sert plus à protéger les gens mais bien à les réduire au silence. Appliqué aux citoyens, le principe de neutralité devient une injonction, située à l’opposé de la liberté d’expression. La laïcité politique n’est nullement une interdiction d’expression mais une obligation de débat, où l’on accepte que les convictions religieuses et philosophiques diverses entrent «en concurrence» les unes avec les autres. Sans quoi plane la menace d’une censure d’Etat.

3. Le communautarisme» n’est pas forcément là où on croit

Que faut-il entendre par «communautarisme»? La volonté de groupes ethniques, religieux ou culturels de voir leurs pratiques spécifiques acceptées? Le fait que certains groupes culturels tendent à constituer des réseaux privilégiés de contacts et d’entraide? Selon le sociologue, cela ne menace en rien les sociétés démocratiques. Ce qui serait par contre inacceptable, c’est que des groupes revendiquent de se soustraire au droit commun pour «s’autogérer» en fonction de normes juridiques spécifiques. Selon lui, si les jeunes d’origine maghrébine ne sont en rien différents des jeunes Français ou Belges, ils ressentent les mêmes discriminations. Et, si le «communautarisme» islamiste est donc largement un islam fantasmé, le «communautarisme» occidental, blanc et européocentriste, est bien présent chez nous, où l’on demande aux musulmans de se plier non seulement à nos lois mais aussi à nos coutumes et de «vivre comme nous».

Fille foulard4. Le voile est une réalité plurivoque

Selon l’auteur, dès qu’il est question de constructions fantasmatiques, la réalité des situations quotidiennes disparaît derrière le «voile» des généralisations. Dans les pays musulmans, le voile des femmes a certes un lien structurel avec la situation globale de domination qui leur est faite. Mais, même en terre d’Islam, cette interprétation est trop univoque car le voile ne peut se résumer à un signe de soumission. A fortiori, en Europe, le voile ne peut se voir réduit de manière unanime à un instrument d’oppression, comme le pense un peu facilement la «laïcité de combat». Il peut en effet parfois remplir un rôle dans la construction identitaire positive des femmes musulmanes, en ce qu’il s’érige contre l’oppression et la discrimination quotidienne.

5. Refuser l’interdiction n’est pas défendre le voile

Le débat français sur la question a été simplifié en «pour ou contre le voile», plutôt qu’en «pour ou contre son interdiction». Or la différence est de taille. Car, comme l’ont montré divers sondages, si l’opinion publique française est majoritairement contre le port du voile à l’école, elle l’est bien plus encore contre l’exclusion des élèves voilées. Or c’est bien cette question éludée qui importe: il ne s’agit pas de savoir si l’on défend le voile «en soi», comme pratique culturelle, mais si l’on est prêt à accepter une mesure d’interdiction. L’interdiction, dans nos sociétés, s’appuie sur des règles communes de « vivre ensemble ». Or, en quoi le simple port du voile transgresse-t-il ces règles? Pour pouvoir se prononcer en faveur d’une mesure d’interdiction du voile, il a fallu construire un «complexe fantasmatique» dans lequel celui-ci était automatiquement associé à des pratiques intolérables, telles le mariage forcé, l’excision, voire le viol. Mais pourquoi ne pas s’en prendre à ces pratiques elles-mêmes plutôt qu’à un signe symbolique aux multiples significations?

6. On ne libère pas les opprimés malgré eux

La contrainte, parfois, peut s’avérer libératrice d’une domination. Mais cela n’autorise en aucune façon l’Etat à décider «à leur place» ce que les opprimés vivent comme une domination. On tombe alors dans le paternalisme ou, pire, l’instrumentalisation. Or, lors d’enquêtes relatives au port du voile, il apparaît que les élèves ne se plaignent pas de ce signe en soi mais plutôt de la stigmatisation ethnique et culturelle dont elles sont victimes. Dans ce contexte, désigner leur tenue vestimentaire comme culturellement inacceptable ne peut que renforcer ce sentiment de stigmatisation. Et l’idée que pour «libérer» les jeunes musulmanes, il faille les «dévoiler» contre leur gré est révélatrice de la suffisance d’une certaine pensée à prétention universaliste.

7. L’interdiction du voile est une violence supplémentaire faite aux femmes musulmanes

Si certains se donnent pour obligation de «libérer» les jeunes filles musulmanes de l’obligation patriarcale, comment appliquer cette interdiction? Quelles sanctions choisir? Que faire de celles qui, par peur de leurs parents, par défi, par refus de la contrainte, par indignation, vont refuser d’abandonner ce «signe religieux distinctif»? Va-t-on les exclure de l’école? Un choix qui, comme l’a montré l’expérience française, entraînerait une violence symbolique et matérielle énorme envers celles que certains prétendent émanciper.

8. La question du voile s’inscrit dans la vision du «choc des civilisation»

Les «prohibitionnistes» de base du voile ont édifié une construction fantasmatique autour de l’islam; un imaginaire qui mêle, en vrac, les attentats du 11 septembre, les talibans, les mariages forcés, la lapidation ou encore les menaces d’Al Qaeda et le terrorisme. Et le sociologue d’interroger: en définitive, qui répand la terreur dans le «monde réel»? Vu le nombre de civils tués, de villes détruites, de familles arrachées, vu les dégâts causés par la guerre en Irak, comment peut-on oublier à ce point aujourd’hui que ce sont les musulmans, dans le monde entier, qui sont massacrés et dominés par des Occidentaux? Comment ne pas voir la légitimité naturelle de l’affirmation identitaire dans ce contexte? Comment oublier que l’Occident porte une part de responsabilité considérable dans l’émergence de l’islamisme politique? Et comment, par conséquent, éluder que la question du voile – tout comme celle des fameuses caricatures de Mahomet – est largement définie dans ce contexte-là et non dans un débat éthéré et abstrait de la laïcité? Pour Marc Jacquemain, ce fantasme autour d’un terrorisme islamiste semble masquer que la terreur est aujourd’hui bel et bien portée dans le monde par une alliance autour des Etats-Unis.

Symboles FR

9. Le prohibitionnisme s’inscrit dans un contexte de montée du racisme

Si la demande d’interdiction du port du voile ne constitue pas, en soi, une position raciste, on ne peut, pour autant, ne pas établir de lien entre ce débat et le contexte de racisme qui existe aujourd’hui. Pour illustrer cela, la logique de «deux poids, deux mesures» s’impose: le problème des signes religieux ne s’est imposé que lorsqu’il s’est agit de signes musulmans. A-t-on vu pareille levée de bouclier face aux croix ou aux kippas? Le racisme antimusulman est parfois ouvertement revendiqué par des gens qui se définissent «de gauche» ou «laïcs». Plus dangereux encore, est le racisme ordinaire, partagé et propagé par ceux qui, de bonne foi, croient le combattre. L’islam est devenu, en quelque sorte, l’exutoire (presque) licite du racisme ordinaire, rendant acceptables les sentiments et émotions que l’on refoule lorsqu’il est question d’autres groupes ou communautés.

10. Le flambeau de la tolérance transmis aux Eglises

Le dernier argument, concède Marc Jacquemain, s’avère être en faveur de la laïcité philosophique elle-même. A ce jour, et quelques «affaires du voile» en Belgique l’ont montré, le «laïcisme» est souvent perçu par les jeunes comme l’exemple même de la rigidité dogmatique que la laïcité, pourtant, dénonce de manière constante. A leurs yeux, les religions incarnent mieux l’exemple de tolérance, alors que le nombre de croyants ne cesse de diminuer… Un comble? Les religions «historiques» en Europe occidentale, explique l’auteur, perçoivent parfois mieux que le laïcisme le prix à payer pour rester des convictions vivantes: l’ouverture à la pluralité. Transmettre au concurrent idéologique le flambeau que l’on croit garder avec la plus grande énergie: quelle ironie! La laïcité, conclut l’auteur, mérite mieux que cela.

Pour une autre laïcité: le pouvoir de la diplomatie

Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso ont voulu donner la parole à des citoyens athées, agnostiques, juifs, musulmans, chrétiens ou marxistes qui, tous, partagent la vision d’une laïcité politique et positive. Les treize auteurs rassemblés ont des convictions personnelles fort différentes à beaucoup d’égards et ne se reconnaissent donc pas tous dans la «laïcité philosophique». Pour autant ils se revendiquent tous laïques au sens primordial et livrent leur inquiétude face aux dérives possibles au sein de la laïcité. L’ouvrage rassemble des collaborations aux tons différents, de l’expérience vécue au plaidoyer.

«Le pire des contresens, notent Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso, serait évidemment de croire que ce livre est écrit contre l’engagement laïque. Nous sommes convaincus que beaucoup de laïques, militants ou non, en partageront d’emblée la plupart des arguments. Quant aux autres, ceux qui ont pris le chemin de ce qu’ils appellent une « laïcité de combat », nous ne pouvons que les inviter à débattre avec nous. Car s’il y a un point sur lequel nous pouvons espérer être tous d’accord, c’est qu’il n’y a pas de laïcité sans débat».

Parmi les co-signataires de «Du bon usage de la laïcité», se côtoient Jean Bricmont (professeur de physique théorique à l’UCL), Paul Delmotte (professeur de politique internationale à l’IHECS et chargé de cours à l’ULB), Henri Goldman (co-directeur de la revue Politique), Dan Van Raemdonck (président d’honneur de la Ligue des droits de l’Homme en Belgique francophone), Paul Löwenthal (économiste, professeur émérite à l’UCL) ou encore Radouane Bouhlal (président du Mouvement contre le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie).

Jeunes irakiens

Citons aussi Malika Hamidi, doctorante à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris et coordinatrice européenne du European Muslim Network, groupe de réflexion sur la question de l’islam en Europe. Dans l’ouvrage, elle montre que la question du voile a cristallisé beaucoup de peurs fantasmées qui prennent place dans un contexte plus large.

Nadine Rosa-Rosso, qui co-dirige cette parution, est quant à elle professeur de français dans l’enseignement de promotion sociale. Elle a dirigé la publication de deux numéros de la revue « Contradictions Rassembler les résistances » et est l’auteur de l’article « Si le foulard pouvait libérer?», qui a donné naissance à ce recueil. Au sein de cet ouvrage, elle se place dans le contexte scolaire avec un texte intitulé «N’ayons pas peur de nos élèves, aimons-les!», plaidant pour la neutralité de l’enseignement, la mise en débat et la confiance faite aux jeunes.

En conclusion de l’ouvrage, Alec de Vries, licencié en philosophie, spécialisé dans les questions des rapports entre politique, science et démocratie, et Christophe Page, licencié en philosophie de l’ULB, agrégé de l’UCL et professeur de religion dans le secondaire, posent les bases d’une «autre laïcité». Ils font le pari «qu’une autre paix est possible», fondée non sur l’ignorance, non sur l’absence de confrontation. Mais une paix qui passe par la rencontre, via la diplomatie. L’idée est de bâtir la possibilité d’une cohabitation positive entre les adversaires et ce sans tomber dans le sentiment inverse, la frustration négative d’avoir dû céder du terrain.

La piste diplomatique que proposent Christophe Page et Alec de Vries commence par rejeter l’idée du compromis. S’y substitue l’idée d’une paix de «composition», où il s’agit de faire preuve de créativité pour composer, nécessairement ensemble, un espace de cohabitation où chacun ajoutera ce qu’il peut apporter à l’ensemble plutôt que de retrancher ce qui ne lui convient pas. Un peu comme un botaniste qui chercherait à créer de nouvelles espèces hybrides à partir des souches existantes… Idéaliste ? Les auteurs parlent d’un «pari», «le pari que les chances de réussir existent et qu’en les nourrissant on peut leur donner la force de se réaliser et construire une paix plus riche plus intéressante pour les acteurs que celle, pratiquement garantie de sa réussite, qui sera obtenue en retranchant ce qui fait désaccord». La laïcité proposée ici fait appel à la créativité, afin de permettre l’irruption de possibles inattendus. Une démarche qui, insistent-ils, s’oppose à la logique de guerre, qui ne fait qu’aplanir toutes les variations et mobilise chacun dans une recherche de purification identitaire. Il ne s’agit donc pas d’être à la recherche du plus petit dénominateur commun tolérant ou de la synthèse globale de toutes les religions mais de parier sur la diversité des conceptions religieuses dans une optique d’enrichissement de l’espace public.

(1) Du bon usage de la laïcité, sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso, 240 p., Editions Aden.

Spread the love

Laisser un commentaire