Vottem, camp de la honte, 13 ans déjà…,

 

 

Vottem, camp de la honte, 13 ans déjà…,

JE NE L’ACCEPTE TOUJOURS PAS !

 

DIMANCHE 18 MARS 2012 RASSEMBLEMENT A LIEGE, PARC DE LA CITADELLE, RUE DES GLACIS,  A 14 H ET MARCHE VERS LE CENTRE FERMÉ POUR ETRANGERS DE  VOTTEM

 

 

 

En ces temps de crise où la xénophobie reprend vigueur, en ces temps surtout où les raisons de fuir la guerre, les persécutions, la misère, les catastrophes climatiques, ne font que s’intensifier à l’échelle de la planète, à nous de nous mobiliser pour une politique d’asile et d’immigration qui respecte les droits humains !

Lire la suiteVottem, camp de la honte, 13 ans déjà…,

La Belgique paie mal ses immigrés

Les immigrés en Belgique sont sous-payés. C’est ce qui ressort d’un récent rapport de l’office européen de statistiques Eurostat. Sur les 27 pays de l’Union européenne, la Belgique est le pays où l’écart entre revenus d’immigrés et de non-immigrés est le plus important.
Le seuil de pauvreté est actuellement fixé à 973€/mois pour un isolé et à 1.265€ pour une famille monoparentale avec un enfant (2.044€ pour un ménage de deux adultes et deux enfants)1.
http://www.fgtb-wallonne.be/sites/default/files/fichiers/dossier_de_presse_action_tse_du_16-01.pdf

Lire la suiteLa Belgique paie mal ses immigrés

Journée internationale de la Femme

Des réfugiées afghanes manifestent devant le cabinet de Maggie De Block


A l’occasion de la Journée de la Femme, une trentaine de réfugiées afghanes accompagnées de leurs familles, ont manifesté devant le cabinet de la secrétaire d’Etat à l’Asile et la migration, Maggie De Block, pour demander la protection de la Belgique. Selon leur avocate, ses femmes se trouvent dans un no man’s land juridique hypocrite. D’une part, elles ont reçu un ordre de quitter le territoire mais ne sont pas expulsées ; de l’autre, elles ne sont pas régularisées. « Elles sont à la fois victimes de la guerre dans leur pays et de la politique d’asile belge ». La délégation n’a pas pu être reçue par le cabinet de Maggie De Block.

Lire la suiteJournée internationale de la Femme

Le Procès No Border

 

Le Procès No Border

Septembre 2010, Euromanifestation. La LDH est informée des nombreuses arrestations préventives et témoignages de violences policières à l’encontre des militants de No Border.
Février 2012, Palais de Justice de Bruxelles. Un procès est ouvert : celui des atteintes parfois violentes à la liberté d’expression par les forces de l’ordre ? Non : celui de deux militants de No Border… pour rébellion.

Une membre de la LDH nous a proposé de suivre ce procès. Elle nous a fait parvenir son témoignage personnel, critique, à chaud et forcément subjectif, du déroulement des audiences.
Nous lui avons donné carte blanche.

Lire la suiteLe Procès No Border

Malcolm X et le problème de la violence

 

http://www.drawin.fr/uploads/1228692609.jpg

lundi 20 février 2012 Malcolm X et le problème de la violence : Enjeux de la stratégie de la non-violence

L’alternative séparatiste ne conduisant à aucune action concrète, comme l’explique en filigrane Malcolm X décrivant la stratégie de réussite économique et morale de Elijah Muhammad, « prophète » de la Nation of Islam :

Un jour M. Muhammad trouva un verre d’eau sale sur un comptoir. Il posa à côté un verre propre. « Tu veux savoir comment disséminer mes idées, dit-il, montrant du doigt les deux verres. Ne condamne pas celui dont le verre est sale. Contente-toi de lui montrer le tien, qui est propre. Il l’examinera de lui-même. Ainsi tu n’auras pas à en vanter la propreté. » C’est de tout ce que M. Muhammad m’a appris, ce qui me reste le plus présent à l’esprit, quoique je n’aie pas toujours suivi son conseil. J’aime trop la bagarre. J’ai tendance à dire aux gens que leur verre est sale.1

Lire la suiteMalcolm X et le problème de la violence

Monsieur De Crem, sommes-nous responsables?

 Kaboul, le froid a tué plus de 23 enfants dans l’indifférence générale.

A Kaboul, ce mois de janvier a été le plus froid depuis 20 ans. Le froid a tué plus de 23 enfants, dans les camps de réfugiés internes. Ce sont des villageois qui ont fuit les zones bombardées du sud, principalement Helmand et Kandahar et se sont installés dans des camps de fortune dans la capitale. Ce sont aussi les réfugiés expulsés d’Iran ou du Pakistan.

Les conditions de vie dans ces camps sont indescriptibles. Pas d’eau courante, pas de sanitaire, pas de chauffage… Dans ces camps, les enfants ont faim et froid en permanence. Ils souffrent de malnutrition, ils manquent de tout, ils sont habillés de loques, beaucoup sont pieds nus. La mortalité infantile, le nombre d’enfants qui n’atteint pas l’âge de 5 ans, est de 1 sur 5. Le taux le plus haut au monde.

Lire la suiteMonsieur De Crem, sommes-nous responsables?

Sur l’immigration clandestine des enfants marocains mineurs

COMMUNIQUÉ

(sur l’immigration clandestine des enfants marocains mineurs)

Le drame de l’immigration clandestine des citoyens marocains s’accentue de jour en jour. Mais on connaît moins la tragédie de ces enfants de 8 à 15 ans qui quittent le Maroc dans des conditions dangereuses et inhumaines où nombre d’entre eux perdent la vie en chemin. C’est la presse aujourd’hui qui révèle l’étendue inattendue de ce phénomène.

Avec cette vague de froid, jusqu’à moins 20°, les associations de la protection de l’enfance, et les services qui s’occupent de trouver gîtes et nourritures aux nécessiteux, viennent de recenser à Bruxelles parmi ces derniers, une majorité de jeunes marocains (8 à 15 ans) qui grelottent sous le froid glacial et meurtrier d’Europe. Lorsque ces enfants évoquent, avec regret et tristesse, leur immigration clandestine, ils sont tous unanimes de parler de « l’espoir » cultivé pour « améliorer leur condition, étudier ou travailler en vue de venir en aide à leurs familles sans ressources, restées au Maroc ».

Dans ce panorama de détresse et d’errance de cette enfance marocaine sacrifiée, les autorités consulaires marocaines brillent par leur absence et loin d’accomplir leur devoir de venir en aide à personne en danger ! 

Lire la suiteSur l’immigration clandestine des enfants marocains mineurs